France – Un journaliste français tué en Ukraine, Paris « exige une enquête transparente »

La cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna a « exigé » ce lundi une « enquête transparente » sur la mort de Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste de BFMTV tué dans l’est de l’Ukraine alors qu’il couvrait une opération ukrainienne d’évacuation près de Severodonetsk.

« La France réaffirme son engagement constant et déterminé, partout dans le monde, en faveur de la liberté de la presse et de la protection des journalistes et de tous ceux dont l’expression contribue à une information libre et au débat public », poursuit la représentante du quai d’Orsay.

Sa mort est « profondément choquante », ajoute la ministre dans un communiqué, en réclamant « une enquête transparente dans les meilleurs délais pour faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame ».

« Notre journaliste couvrait la guerre en cours. Il a été victime d’un éclat d’obus, alors qu’il suivait une opération humanitaire dans un véhicule blindé, ce lundi sur la route de Lyssytchansk dans la région de Severodonetsk, en Ukraine », a indiqué la chaîne BFMTV. « Il était accompagné de son collègue Maxime Brandstaetter, qui a été légèrement blessé lors de cette frappe, et leur « fixeuse » Oksana Leuta, qui n’a pas été touchée », ajoute la chaîne.

Âgé de 32 ans, Frédéric Leclerc-Imhoff travaillait pour notre chaîne depuis six ans. Il était diplômé de l’Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine. C’était sa deuxième mission en Ukraine depuis le début de l’invasion russe, débutée le 24 février dernier.

Laisser un commentaire