Éboulement de site d’or en Guinée : Deux burkinabè parmi les 15 victimes.

1838

15 personnes dont deux Burkinabè ont péri samedi 8 mai dans un éboulement de terrain sur une mine d’or à Tatakoro dans la préfecture de SIGUIRI. Selon le délégué CSBE (Conseil supérieur des burkinabè de l’Exterieur) pour la région de la haute Guinée, la moyenne Guinée et la Guinée forestière, Dieudonné Tiendrébéogo, joint au téléphone par radio Oméga. « Nous avons reçu un appel des autorités communales nous informant du drame à Tatakourou et qu’elles sont entrain de faire des fouilles. Malheureusement quelque temps après ils nous ont informé qu’il y’a eu 15 victimes dont deux burkinabè. Et on n’a pas réussi à les identifier. Ils ont été inhumés quelques heures après le drame. Il y a eu un blessé aussi, il est de nationalité guinéenne. » Les victimes ont été surprises alors que tout semblait calme dans cette région où des milliers d’orpailleurs clandestins, confrontés à d’importants problèmes de survie, accourent des voisins. Outre ce malheur qui a frappé la communauté Burkinabè en Guinée, on note l’expulsion de plus d’une centaine d’orpailleurs burkinabè par les autorités guinéennes. Exactement 167 personnes ont été reconduites à la frontière entre la Guinée et le Mali, plus précisément à Nafagui dimanche 9 mai 2021, selon nos sources. Et parmi les 167 personnes, on dénombre 6 femmes et 3 enfants a affirmé le délégué des Burkinabè dans la région, Dieudonné Tiendrébéogo. Ces burkinabè ont été arrêtés dans le cadre d’une mission de ratissage des orpailleurs clandestins dans la région de la Haute guinée entre Kouroussa et Siguiri. Lors de la visite du président du Faso en Guinée Conakry les autorités guinéennes avaient promis de trouver des cartes professionnelles pour permettre aux orpailleurs illégaux d’exercer légalement.

Astride Nikiema

Laisser un commentaire