🔴 ALERTE – Insécurité urbaine : la police nationale écroue deux groupes de présumés malfrats

0
1584

La Police nationale a annoncé le mardi 17 janvier, les démantèlement deux réseaux de présumés malfrats qui opéraient dans les villes de Ouagadougou et Ziniaré.

Les malfrats présumés ont été appréhendés avec une saisie composée d’une « dizaine d’engins à deux roues, des téléphones portables, des pièces détachées de motos, un pistolet factice, une arme blanche et divers autres objets », par le Commissariat de police de l’arrondissement n°02 ex Baskuy.

 

Spécialisés dans les vols dans les domiciles et devant les lieux de commerce, le premier groupe « profitaient de l’inattention des propriétaires qui ne se trouvaient pas à côté de leurs motos pour s’en accaparer à l’aide de fausses clés. Les numéros de série de ces engins volés étaient falsifiés ou les cadres remplacés avant d’être écoulés entre 25.000 et 125.000 FCFA en fonction de l’état de l’engin », a indiqué la Police nationale dans un poste Facebook.

Le second réseau, lui, est  spécialisé dans les braquages et les vols à l’arrachée sur les voies publiques selon les policiers.

« Ils [présumés malfrats] sillonnaient dans la journée, les artères de la ville et dès qu’une cible était identifiée, ils la filaient et profitaient d’un moment d’inattention pour arracher son sac à main et disparaitre dans la circulation. Il arrivait également que la victime soit suivie jusqu’à un lieu  jugé propice pour passer à l’acte. Ils l’y obligeaient à ralentir à l’aide d’une arme. Ils la tenaient en respect et retiraient l’engin et tout autre objet de valeur trouvé en sa possession », révèle la police qui précise que « les engins nouvellement volés étaient utilisés pour de nouvelles opérations et les anciens vendus entre 150.000 et 200.000 F CFA selon la qualité », pour éviter d’être facilement identifiés par les services de sécurité.

L’appréhension de ces présumés malfrats a été possible « grâce à la collaboration des populations » et tout en remerciant celle-ci, la Police nationale appelle « à toujours demeurer vigilant et à poursuivre la dynamique de la dénonciation des cas suspects aux numéros verts mis à leur disposition que sont les 17, 16 et 1010 ».

Yaya Diomandé, Oméga Médias

Laisser un commentaire