🔮 ALERTE CEDEAO – Le mĂ©diateur devra faire Ă©viter au Burkina Faso d’éventuelles sanctions

OUAGADOUGOU le 17 juin – Il est 10h30 Ă  l’aĂ©roport de Ouagadougou. Un des avions de la flotte prĂ©sidentielle du Ghana s’est posĂ© sur le tarmac. À son bord, l’ancien PrĂ©sident du Niger Mahamadou Issoufou, le PrĂ©sident de la commission de la CEDEAO Jean-Claude Kassi Brou et le commissaire aux Affaires politiques, paix et sĂ©curitĂ© le GĂ©nĂ©ral Francis Behanzin.

À leur descente, ils ont Ă©tĂ© accueillis par la ministre des Affaires Ă©trangĂšres Olivia Rouamba et certaines autoritĂ©s militaires. AprĂšs un bref entretien dans le salon d’honneur de l’aĂ©roport, le cortĂšge s’est dirigĂ© au pied-Ă -terre du mĂ©diateur, l’hĂŽtel Lancaster, l’ex LaĂŻco. Puis au palais prĂ©sidentiel de Kosyam oĂč Mahamadou Issoufou a eu un entretien avec le PrĂ©sident du Faso, selon plusieurs de nos sources.

Les enjeux

Quels sont les enjeux de cette visite du mĂ©diateur de la CEDEAO Ă  Ouagadougou? DĂ©jĂ , c’est une prise de contact. Les dĂ©saccords entre la CEDEAO et les autoritĂ©s de la Transition sont connus: 1, – la durĂ©e de trois ans de la transition proposĂ©e par Ouagadougou n’est pas consensuelle. 2- l’ancien PrĂ©sident Roch KaborĂ© est toujours privĂ© de sa libertĂ©. Les chefs d’Etat ont demandĂ© sa « libertĂ© totale ». 3- l’insĂ©curitĂ© est grandissante avec comme consĂ©quence, l’énorme crise humanitaire.

L’enjeu principal de la visite de Mahamadou Issoufou sera de concilier la position des militaires au pouvoir et celle de la CEDEAO sur ces diffĂ©rents points de dĂ©saccords notamment la durĂ©e de la transition. Mais surtout, le mĂ©diateur devra travailler Ă  permettre au pays, d’éviter d’éventuelles sanctions de l’organisation rĂ©gionale le 3 juillet prochain Ă  Accra lors de son sommet ordinaire.

Lamine Traoré

Laisser un commentaire