Changement climatique dans le Bassin de la Volta : des experts font l’état des lieux

Des experts des questions climatiques et environnementales des six pays qui ont en partage le bassin de la volta ont tenu du 5 au 6 mai 2022 à Ouagadougou un atelier régional axé sur l’état de lieux et l’impact du changement climatique dans le bassin de la Volta dont les ressources en eau contribuent de manière significative au développement économique des six pays riverains.

La hausse annoncée des températures moyennes de 3,6 degrés Celsius au cours des cent prochaines années, et une diminution des précipitations pourraient provoquer une baisse du niveau des eaux du bassin de 24 pour cent d’ici 2050, et de 45 pour cent d’ici 2100, selon une nouvelle étude de l’Institut international de gestion des ressources en eau (International Water Management Institute, IWMI). D’ici 2050, la quantité d’eau du bassin ne pourra plus fournir que 50 pour cent de la production hydraulique actuelle, selon une nouvelle étude de l’Institut international de gestion des ressources en eau (International Water Management Institute, IWMI).

Il était temps de faire un état de lieux exhaustif de la situation, a souligné le secrétaire général du ministère de l’environnement Augustin Kaboré au cours de l’ouverture des travaux. « Les changements climatiques sont une réalité dans le bassin avec aussi son corolaire de dégâts à travers des inondations et autres. Il est donc nécessaire de chercher des voies et moyens afin de résister à ce phénomène », a-t-il indiqué. Il a également salué l’engagement des acteurs et des partenaires financiers dans l’accompagnement de cette initiative.

Les travaux de cet atelier régional permettront d’améliorer significativement la qualité du rapport sur l’état des lieux du changement climatique et ses impacts dans le bassin de la Volta. Et ce, dans le but d’élaborer le plan d’investissement pour le renforcement de la résilience climatique dans le bassin avec l’apport de tous les pays participant.

Cette initiative pilotée par l’Autorité du bassin de la Volta (ABV) s’inscrit dans le cadre du projet « partenariat régional sur l’eau et l’environnement en Afrique centrale et occidentale (FREE) initié par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en Afrique du Centre et de l’Ouest.

L’initiative bénéficie de l’appui financier de l’Agence suédoise pour le développement international (ASDI).

D’une superficie de 400.000km2, le bassin de la volta est partagé entre six pays dont le Bénin ; le Burkina Faso ; la Côte d’Ivoire ; le Ghana ; le Mali et le Togo.

 

Laisser un commentaire