Guinée – Amnesty international demande la libération immédiate de Alpha Condé

Amnesty International a exigé lundi, à défaut d’une inculpation, la libération immédiate du président guinéen Alpha Condé, renversé dimanche par un coup d’État. « Il faut aussi que les instigateurs du coup d’État indiquent le fondement juridique de la détention du président Alpha Condé. Celui-ci doit être inculpé d’une infraction reconnue par la loi ou remis en liberté immédiatement », a affirmé Samira Daoud directrice du programme Afrique de l’Ouest et Afrique centrale à Amnesty International.

Dans la déclaration publiée sur le site de Amnesty, elle a appelé le Comité national du rassemblement et du développement (CNRD) à protéger et à garantir les droits humains de l’ensemble de la population guinéenne victime depuis des années de violations et de répression.

« De nombreux opposants politiques et manifestants ont été arrêtés avant et après l’élection présidentielle d’octobre 2020. Il faut que ceux qui sont détenus arbitrairement soient libérés », a encore indiqué l’organisation.

Amnesty a rappelé avoir recueilli dans un rapport de 2020, des informations sur les homicides d’au moins 50 personnes, perpétrés pendant les manifestations contre la réforme de la Constitution amorcée et mise en œuvre par les autorités en 2019 et 2020. « Près de 200 autres personnes ont été blessées et des opposants ont été arrêtés et détenus arbitrairement pour le simple fait d’avoir exercé leur droit à la liberté d’expression ou de réunion pacifique », a-t-elle poursuivi.

Le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya et ses hommes ont arrêté dimanche le président Condé annonçant la destitution du président réélu en octobre 2020 pour un 3e mandat fortement contesté, ainsi que la dissolution du gouvernement et des institutions.

Le coup d’État a été fermement condamné dimanche par les Nations Unies, l’Union africaine et la communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Le CNRD, par la voix de son leader a annoncé la mise en place d’un gouvernement, suite à des concertations inclusives avec toutes les forces vives du pays.

Laisser un commentaire