🔴 Wagner au Burkina : Le gouvernement « désapprouve » les propos du Président ghanéen

0
3341

Le gouvernement burkinabè a « désapprouvé », vendredi, les propos du Président ghanéen sur « les supposés liens du Burkina Faso avec Wagner ». Le gouvernement l’a signifié à l’ambassadeur du Ghana « convoqué » au ministère des Affaires étrangères.

Quelques heures après les déclarations du Président du Ghana Nana Akufo-Addo indiquant que le Burkina a conclu un accord avec le groupe russe de sécurité privée Wagner, l’ambassadeur du Ghana en poste à Ouagadougou a été entendu par le ministre délégué à la Coopération Karamoko Jean Marie Traoré.

Dans le communiqué, les Affaires étrangères expliquent que cet échange fait suite à la déclaration du président Ghanéen, Nana Akufo-Addo lors du sommet USA-Afrique où il a accusé le Burkina Faso de s’être adjoint les services de la société russe Wagner dans la lutte contre les groupes terroristes mais aussi d’avoir offert à Wagner une mine en guise de paiement.

« Le ministre délégué chargé de la Coopération régionale a traduit la désapprobation du Gouvernement burkinabè de ces déclarations du chef de l’Etat du Ghana », peut-on lire dans le communiqué.

En réponse, poursuit les Affaires étrangères, l’ambassadeur du Ghana a indiqué que cette sortie de son Président ne visait pas à condamner le Burkina Faso, ni à semer le doute dans les esprits, mais l’intention était surtout d’attirer l’attention des partenaires afin de susciter un grand intérêt à l’endroit du Burkina Faso.

« Les propos du président Ghanéen étaient au conditionnel, a indiqué le diplomate ghanéen Boniface Gambila Adagbila.

Le ministre délégué qui a rappelé les liens « historiques et de fraternité entre les deux pays », selon le communiqué, a estimé que le Ghana aurait pu entreprendre des échanges avec les autorités burkinabè sur la question sécuritaire afin d’avoir les bonnes informations.

« Les deux parties ont convenu qu’il est important que les pays africains, en particulier ceux de la sous-région travaillent à renforcer davantage leurs liens de solidarité et confraternité », note le communiqué des Affaires étrangères.

Suite à ces déclarations, Ouagadougou a rappelé son ambassadeur à Accra, le général Pingrenoma Zagré pour « consultation », selon l’Agence d’information du Burkina (AIB).

Mardi, en marge du sommet États-Unis-Afrique, le Président ghanéen Nana Akufo-Addo s’est inquiété de la présence des forces du groupe russe de sécurité privée Wagner à la frontière de son pays.

« Aujourd’hui, des mercenaires russes se trouvent à notre frontière nord. Le Burkina Faso a maintenant conclu un accord pour accompagner le Mali dans l’emploi des forces de Wagner », s’était exprimé le Président du Ghana.

Akufo-Addo a aussi affirmé que le Burkina Faso a cédé une mine dans le sud de son territoire, en échange des services du groupe. « Je crois qu’une mine dans le sud du Burkina leur a été attribuée en guise de paiement pour leurs services », avait-il ajouté.

Le gouvernement burkinabè à travers son porte-parole à l’Agence France presse (AFP), n’a pas voulu réagir aux propos du Président ghanéen.

Il y a quelques jours le Premier ministre Apollinaire Kyelem de Tambela a effectué une visite à Moscou. Les raisons de cette visite n’ont pas été dévoilées par le gouvernement.

Lamine Traoré

Laisser un commentaire