Santé sexuelle et reproductive: le REFFOP et l’ONG OXFAM sensibilisent les jeunes filles

0
327

Les élèves membres du club «Amis de l’hygiène» des établissements Edgar Morin, Saint Ambroise et du Centre professionnel de formation Don Bosco ont reçu des formations sur la santé sexuelle et reproductive ainsi que la gestion hygiénique des menstrues. Cette formation s’inscrit dans le cadre du projet «Sang Tabou» du Réseau des Femmes de Foi pour la Paix au Burkina (REFFOP) et de l’ONG OXFAM. Ce projet est mis en œuvre à travers le programme Voix et Leadership des Femmes. La séance de formation a lieu ce samedi 19 novembre 2022 au Lycée Edgar Morin, situé au quartier Pissy.

Les questions liées à la santé sexuelle et reproductive et à la gestion hygiénique des menstrues sont considérées comme des sujets tabous dans certaines familles. C’est au regard de ce constat que le Réseau des Femmes de Foi pour la Paix au Burkina (REFFOP) et l’ONG OXFAM ont décidé de sensibiliser les jeunes filles. Pour atteindre leurs objectifs, les initiateurs ont procédé à la formation des membres de club «amis de l’hygiène» dans certains lycée de Ouagadougou.

«Nous avons constaté que les adolescents manquent d’information sur la santé sexuelle et reproductive et sur la gestion de leurs menstrues du fait de certains pesanteurs sociaux. Et cela a des conséquences sur le résultat scolaire de certaines filles. Cela met aussi en retard la jeune» explique Naomie Ouédraogo, membre du comité exécutif du Réseau des Femmes de Foi pour la Paix au Burkina Faso.

 

 

 

 

L’initiative est saluée par les bénéficiaires qui a leur tour ont pour mission de sensibiliser leurs camarades d’écoles. « Je repars avec des connaissances en santé sexuelle et reproductive et gestion hygiénique des menstrues que je ne maîtrisais pas. C’est une initiative a féliciter» s’est réjouie
Juliette Ouédraogo, participante.

Ce projet du REFFOP et de l’ONG OXFAM compte toucher 250 élèves dans ses zones d’intervention. Il est mis en œuvre dans les régions du Centre et du Plateau Central.

Solomane Nikiema

Laisser un commentaire