🔮 ALERTE – Le Premier ministre accuse certains « prĂ©tendus partenaires » de complicitĂ© avec le terrorisme

0
2874

Le Premier ministre s’est attaquĂ© violemment, samedi, Ă  certains « prĂ©tendus partenaires » du Burkina, pour reprendre ses termes, de complicitĂ© au terrorisme. Apollinaire Kyelem s’exprimait sur la question du partenariat et de la coopĂ©ration militaire et devant les dĂ©putĂ©s de l’AssemblĂ©e lĂ©gislative de Transition lors de sa dĂ©claration de politique gĂ©nĂ©rale.

Selon lui, le Burkina Faso reste un pays ami pour tous les pays qui acceptent son amitiĂ©. L’ambition du pays reste le renforcement des liens d’amitiĂ© avec tous les pays pour le bonheur des peuples qui ne cherchent qu’à mieux se connaĂźtre, fait-il remarquer poursuivant: « nous attendons cependant de chacun de nos partenaires qu’il soit loyal avec nous. Nous souhaitons donc une coopĂ©ration sincĂšre et franche ».

Apollinaire Kyelem dit penser, peut-ĂȘtre Ă  tort, que certains partenaires n’ont pas toujours Ă©tĂ© loyaux. Et c’est lĂ  qu’il s’interroge. « Comment comprendre que le terrorisme gangrĂšne notre pays depuis 2015, dans l’indiffĂ©rence, si ce n’est avec la complicitĂ© de certains de nos prĂ©tendus partenaires. OĂč trouvent-ils les armes, les munitions, le carburant, l’argent qu’ils ont Ă  profusion ? Comment des pays qui ont le contrĂŽle de l’espace, avec des moyens modernes de dĂ©tection, ne peuvent-ils pas, s’ils sont nos vrais amis, nous donner les renseignements nĂ©cessaires sur les agissements et les mouvements de ces terroristes ? », s’est autant questionnĂ© le Premier ministre.

Le PM s’interroge aussi si le Burkina n’a pas Ă©tĂ© jusque-lĂ  trop naĂŻf dans ses relations avec ses partenaires ? « Sans doute. Une introspection s’impose. Nous essayerons, autant que possible, de diversifier nos relations de partenariat jusqu’à trouver la bonne formule pour les intĂ©rĂȘts du Burkina Faso », explique-t-il. Apollinaire Kyelem est catĂ©gorique. Il ne sera pas question pour le pays de se laisser dominer par un partenaire, qui qu’il soit.

Le Premier ministre reconnaĂźt cependant que dans la lutte contre le terrorisme, il revient aux BurkinabĂš, et Ă  eux seuls, de dĂ©fendre leur patrie en danger. « Avec bien sĂ»r le soutien bienveillant de tous ceux qui voudront nous accompagner », ajoute-t-il et de rappeler que c’est pourquoi il a Ă©tĂ© lancĂ© le recrutement de cinquante mille volontaires pour la dĂ©fense de la patrie (VDP).

Apollinaire Kyelem annonce que la coopĂ©ration avec les pays limitrophes va se renforcer et la lutte contre le terrorisme sera au cƓur de cette coopĂ©ration. « D’autres mesures complĂ©mentaires et d’accompagnement suivront », a-t-il dĂ©clarĂ© et d’insister: « nous restons convaincus que les BurkinabĂš sont en mesure de dĂ©fendre leur pays, pour peu qu’ils aient l’encadrement et les moyens nĂ©cessaires ».

Lamine Traoré

Laisser un commentaire