Prévention des conflits fonciers : Plus de 900 instances locales de gestion foncière mises en place grâce au projet ASTER

Dans l’optique de venir à bout de ces conflits fonciers, l’initiative « Feed the Future Burkina Faso » a mis en place en 2019 un projet dénommé « Burkina Faso Amélioration et Sécurisation des Terres vers la Résilience » (ASTER). Il vise à améliorer l’accès sécurisé à la terre pour les « groupes vulnérables », en particulier les femmes et les jeunes. Après trois ans de mise en œuvre, les acteurs du projet ont organisé le mercredi 10 Août à Ouagadougou un atelier bilan des trois années de mise en œuvre de leurs activités.

Renforcer le système de sécurisation foncière, améliorer l’arbitrage et l’atténuation des conflits résultant de l’agriculture, du pastoralisme, de l’exploitation minière et d’autres questions liées aux problèmes fonciers, telles sont les missions que s’est assigné ASTER Burkina. Selon, Saadatou Oumarou, cet atelier a pour objectif de dresser le bilan des trois années de mise en œuvre des activités menées par ASTER.

« Nous sommes ici pour voir ce qui a marché, et comment tirer profit de ces trois ans de mis en œuvre. Comment permettre à tous les collaborateurs et acteurs qui ont participé à la mise en œuvre de ce projet d’y tirer profit afin d’avancer dans le domaine de la sécurisation foncière et dans le domaine de la résilience en général » a-t-elle laissé entendre.

Malgré la crise sanitaire et sécuritaire que connait le Burkina Faso, le projet a engrangé de meilleurs résultats quant à la résilience des populations vulnérables concernées. « En termes de bilan, nous pouvons dire qu’il y a eu beaucoup de progrès. Le bilan est satisfaisant», a indiqué Edouard Tiendrebeogo, chef de projet ASTER.

Le projet a permis de réaliser plusieurs avancées en termes de gouvernance foncière, selon Edouard Tiendrebeogo. « On a mis en place plus de 900 instances locales de gestion foncière. En termes de conflit, on a procéder à la sécurisation au profit des populations locales. Le renforcement de la capacité des agents des bureaux de manœuvre pour fournir des services de qualité aux différentes parties locales. En termes de gestion durable aussi nous avons délimité un grand nombre de ressources naturelles utilisées communément par les populations », a-t-il souligné.

Le projet est financé à environ deux milliard de francs CFA par l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID). Il est mis en œuvre par l’Observatoire National du Foncier au Burkina pour une durée de trois ans (2019-2022). ASTER couvre 27 communes, reparties dans les régions de l’Est, du Centre-Nord et du Sahel. Le projet ASTER constitue une réponse aux difficultés d’application des textes et des lois en matière foncière et domaniale.

Gisèle Tirogo

Laisser un commentaire