🔮 ALERTE DjigouĂš – 18 assaillants abattus par les populations de Terpo

Les populations du village de Terpo dans la commune rurale de DjigouÚ dans la province du Poni, région du Sud-ouest, ont abattu au moins 18 individus armés le 14 juin dernier.

Des témoignages recueillis par nos confrÚres de Bafudjii Infos, indiquent que ces individus ont fait irruption dans le village de Terpo dans la nuit du 13 juin, ont volé du bétail aprÚs avoir ligoté les bergers.

Non satisfaits de ce forfait, les mĂȘmes individus sont revenus sur leurs pas le lendemain 14 juin au petit matin, et ont ouvert le feu au domicile du propriĂ©taire du bĂ©tail volĂ©, qui se trouvait ĂȘtre un chasseur traditionnel « Dozo ». Ce dernier a immĂ©diatement ripostĂ© et a rĂ©ussi Ă  abattre deux prĂ©sumĂ©s terroristes. Deux autres seront abattus par d’autres villageois sortis Ă  la rescousse du Dozo. Les autres assaillants disparaissent dans la nature et rĂ©apparaissent l’aprĂšs-midi en grand nombre pour tenter d’en dĂ©coudre avec les villageois. Mais les Dozos se sont organisĂ©s et ont rĂ©ussi Ă  abattre 14 d’entre eux, toujours selon les tĂ©moins citĂ©s par Bafudjii Infos; ce qui porte Ă  18 le nombre total d’assaillants abattus sur place dans le village de Terpo. 4 kalachnikov et 5 motos auraient Ă©tĂ© rĂ©cupĂ©rĂ©s par les villageois aprĂšs la riposte.

Dans cette commune de DjigouĂš et environnants, le vol de bĂ©tail reste la pratique la plus courante des hommes armĂ©s, selon un tĂ©moin qui dit avoir dĂ©jĂ  perdu plus de 80 bƓufs et plus de 100 moutons.

La commune de DjigouĂš et d’autres communes de la province du Poni subissent la menace terroriste depuis plusieurs mois dĂ©jĂ . Le 5 dĂ©cembre 2021, la mairie de DjigouĂš avait Ă©tĂ© incendiĂ©e par 8 hommes armĂ©s non identifiĂ©s. Quelques mois plus tĂŽt, soit le 8 octobre 2021, c’est le poste forestier de DjigouĂš qui Ă©tait incendiĂ© par des hommes armĂ©s. 

Des opĂ©rations de l’armĂ©e sont certes rĂ©guliĂšres dans cette partie du Burkina Faso qui fait frontiĂšre avec le Ghana et la CĂŽte d’Ivoire. Mais les villageois souhaitent la mise en place d’un dĂ©tachement militaire permanent dans la zone. 

Paul-Miki Roamba

Laisser un commentaire