🔮 ALERTE Seytenga – AblassĂ© OuĂ©draogo appelle Ă  « accompagner les AutoritĂ©s de la Transition ». (DĂ©claration)

Le Président du parti « Le Faso autrement » a appelé, mardi, les BurkinabÚ à accompagner les autorités de la Transition, suite aux attaques de Seytenga au Sahel, le week-end dernier.

« Nous invitons tout BurkinabĂš, quelle que soit son appartenance politique et sociale, Ă  accompagner les AutoritĂ©s de la Transition dans leur mission recadrĂ©e et recentrĂ©e sur la reconquĂȘte de l’intĂ©gralitĂ© du territoire national et la restauration de la sĂ©curitĂ© et du vivre ensemble, autrefois symbole du Pays des Hommes intĂšgres », a indiquĂ© le parti dans sa dĂ©claration publiĂ©e mercredi.

Selon le parti d’AblassĂ© OuĂ©draogo, le succĂšs de cette mission ne sera possible que si les FDS, les VDP, les politiques, les OSC et les populations travaillent ensemble, main dans la main dans l’unitĂ© et le patriotisme comme un seul homme, pour sauver notre mĂšre patrie, le Burkina Faso.

Le parti « Le Faso autrement » qui a condamnĂ© « avec fermetĂ© ces massacres horribles et indescriptibles », a appelĂ© « la population Ă  rester derriĂšre [les] forces en lutte sur le terrain et Ă  leur apporter tout le soutien dans cette lutte pour la dĂ©fense de notre patrie et l’existence mĂȘme du Burkina Faso ».

« Ne dit-on pas que quand la pluie vous bat, il est inutile de vous battre mais de vous unir pour vous protĂ©ger et relever tous les dĂ©fis communs auxquels vous ĂȘtes confrontĂ©s ? », s’est interrogĂ© le parti.

Les attaques de Seytenga ont fait 79 mort. Le gouvernement avait annoncĂ©, lundi soir, 50 morts. Mardi matin, il a revu ce bilan Ă  la hausse en indiquant que les unitĂ©s d’intervention dĂ©ployĂ©es dans la commune de Seytenga ont retrouvĂ© 29 nouveaux corps.

« Ce chiffre s’ajoute Ă  la cinquantaine de corps sans vie dĂ©jĂ  trouvĂ© portant le bilan provisoire des victimes des tueries Ă  79 morts », pouvait-on lire dans le communiquĂ© du gouvernement.

Le PrĂ©sident du Faso, lundi nuit, a dĂ©crĂ©tĂ© un deuil national de 72 heures allant du mardi 14 juin Ă  00 heure au jeudi 16 juin Ă  24 heures, en mĂ©moire aux victimes de l’attaque perpĂ©trĂ©e contre les populations civiles de Seytenga.

Le dĂ©cret prĂ©cise que pendant la pĂ©riode du deuil les drapeaux sont mis en berne sur les Ă©difices publics et les reprĂ©sentations du Burkina Faso Ă  l’Ă©tranger. D’autre part, les rĂ©jouissances populaires et les manifestations Ă  caractĂšre festifs sont interdites.

Multiplication des attaques dans la zone

Dimanche, 4 policiers ont Ă©tĂ© tuĂ©s, 2 portĂ©s disparus et 2 autres blessĂ©s dans l’attaque du dĂ©tachement de la Compagnie RĂ©publicaine de SĂ©curitĂ© (CRS), Ă  Yakouta, Seno, rĂ©gion du Sahel, avait annoncĂ© la police dans un communiquĂ©.

Avant cela, jeudi dernier, 4 gendarmes du dĂ©tachement de Barani ont Ă©tĂ© tuĂ©s et une dizaine d’autres blessĂ©s. Selon l’armĂ©e, plusieurs prĂ©sumĂ©s ont Ă©tĂ© neutralisĂ©s et d’autres capturĂ©s.
Le PrĂ©sident du Faso s’était rendu dans le dĂ©tachement de Barani pour saluer « la tĂ©mĂ©ritĂ© et magnifier l’hĂ©roĂŻsme des Ă©lĂ©ments », selon le communiquĂ© de la prĂ©sidence. Il a par la suite dĂ©corĂ© l’ensemble du personnel du dĂ©tachement de Barani de « la Croix du combattant ».

Toujours jeudi, 11 gendarmes ont Ă©tĂ© tuĂ©s dans une autre attaque, celle de la Brigade Territoriale de Gendarmerie Ă  Seytenga dans la mĂȘme province du SĂ©no.

Non loin de lĂ , samedi, 6 villageois ont Ă©tĂ© tuĂ©s Ă  Alga, dans la commune rurale de Bourzanga (Centre-nord), avaient confiĂ© Ă  OmĂ©ga plusieurs sources locales. Les tĂ©moins sur place avaient Ă©galement indiquĂ© Ă  Omega qu’aprĂšs avoir terrorisĂ© les populations qui ont massivement pris la fuite, les assaillants ont emportĂ© du bĂ©tail des villageois et ont mis le feu Ă  des concessions, avant de disparaitre dans la nature. Une attaque non confirmĂ©e par les autoritĂ©s.

Lamine Traoré

Laisser un commentaire