Burkina – Procès Sankara : Les avocats de Blaise Compaoré dénoncent un « procès politique » devant « une juridiction d’exception »

« Le Président Blaise Compaoré – et nous non plus – ne se rendra pas au procès politique organisé à son encontre devant le Tribunal militaire de Ouagadougou c’est-à-dire devant une juridiction d’exception », ont indiqué dans un communiqué les avocats de l’ancien Président, principal accusé dans le dossier Sankara.
Selon eux, la procédure n’a pas été contradictoire, du fait de « la carence » de la juridiction d’instruction qui « ne l’a jamais convoqué pour un interrogatoire, ni ne lui a jamais notifié aucun acte sinon sa convocation finale devant la juridiction de jugement ». Ils estiment aussi que Blaise Compaoré bénéficie d’une immunité « en tant qu’ancien Chef de l’Etat », conformément à l’article 168-1 de la Constitution introduit par la loi constitutionnelle du 11 juin 2012, signée par le President du Parlement d’alors, Roch Kaboré.
« Il n’est aujourd’hui visé d’aucun mandat d’arrêt international », ajoutent les avocats, en rappelant que le seul mandat d’arrêt délivré à l’ancien Président a été annulé par la Cour de cassation du Burkina le 28 avril 2016.
Blaise Compaoré sera le grand absent, avec probablement son ancien aide de camp Hyacinthe Kafando, du procès de l’assassinat présumé du père de la Révolution Thomas Sankara et de ses 12 compagnons. L’ancien président chassé du pouvoir en 2014 par la rue est poursuivi pour complicité d’assassinat, recel de cadavres et atteinte à la sûreté de l’Etat.

Laisser un commentaire