Burkina – Politique : Bala Sakandé, dauphin politique de Roch ?

Passation de charge entre Simon Compaoré et Bala Sakandé
Il y a quelques années, on n’aurait pas misé sur lui. Pourtant il vient de franchir un pas important vers une ambition qui lui est attribuée au sein-même de son parti le MPP. Bala Sakandé se rêve, d’après ses camarades politiques, en successeur de Roch Kaboré en 2025. Réalité ou pure allégation ? En tout cas Bala Sakandé continue son ascension sur la scène politique burkinabè.
Son nom circulait déjà depuis un moment dans les couloirs du parti présidentiel, avec notamment celui du 1er vice-président Clément Sawadogo. Alassane Bala Sakandé succède à l’intrépide et virevoltant président du MPP Simon Compaoré qui est élevé à la dignité de président d’honneur. De quoi taire, au moins pour un temps, une certaine opinion qui laisse croire à une inimitié entre les 2 hommes.
Bala Sakandé, 52 ans, est présenté comme le symbole d’une transition générationnelle au sein du parti au pouvoir dans lequel il milite depuis sa création en janvier 2014. Son dynamisme le fait remarquer au sein du parti qui le fait directeur national adjoint de campagne aux élections couplées de 2015. Roch Kaboré est élu Président du Faso, et Bala Sakandé député du Kadiogo. Le natif du quartier Bilbalogho de Ouagadougou est fait président du groupe parlementaire MPP à l’Assemblée nationale, mais il n’est pas encore bien connu du grand public. Après le décès de Salifou Diallo, Président de l’Assemblée nationale, le choix des députés se porte sur Bala, à 82%. « On ne l’a pas vu venir », vont commenter certains observateurs, qui se demandent s’il sera à la hauteur. Contre toute attente, Bala ne tarde pas à s’adapter à son nouveau costume.
Très taquin avec ses collègues députés, usant souvent de la parenté à plaisanterie pour détendre l’atmosphère, Alassane Sakandé fait consensus à l’hémicycle. Et sa popularité grimpe hors des murs de l’Assemblée, où lors de ses sorties il n’hésite pas à faire parler le chéquier. Un homme généreux pour les uns, un populiste pour les autres. En tout cas, le « Tengnbiiga » (fils du pays en langue mooré, ndlr) sait qu’il est aimé et va à la rencontre du petit peuple.
Au sein du parti, on lui prête des ambitions présidentielles, et certains cadres lui reprochent d’être trop pressé. En mai 2021, Bala se voit obligé de faire une mise au point sur Facebook suite à la création d’une page qui vise à soutenir sa candidature à la présidentielle de 2025. « Une telle démarche solitaire et contraire aux textes qui régissent notre parti, le MPP, n’engage que les auteurs et les commanditaires d’une telle publication qui appelle de ma part une ferme désapprobation », avait écrit Alassane Sakandé, mettant fin à la rumeur selon laquelle ils serait le dauphin désigné de Roch Kaboré.
Ce 26 septembre, alors que Bala est investi président du MPP, les congressistes rappellent que le président du parti ne sera pas nécessairement le candidat du parti au pouvoir à la presidentielle de 2025. Mais pour beaucoup, cette consécration rapproche encore d’un pas le « vieux-jeune » Bala d’une candidature à la candidature pour le fauteuil de Kosyam. A condition, et il le sait, qu’il puisse rassembler autour de lui, toutes les forces du mouvement du peuple pour le progrès. « Je ne serai pas le président d’un clan politique. Je serai le président au service de l’unité du MPP », a-t-il d’ailleurs déclaré à la clôture du congrès, confirmant de fait l’existence de plusieurs tendances au sein du parti présidentiel.
Abdoul Fhatave TIEMTORE

Laisser un commentaire