🔮 DĂ©lestage : Des associations dĂ©noncent une « violation flagrante des droits fondamentaux des consommateurs » (DĂ©claration)

0
902

La Plateforme des associations de dĂ©fense des Droits de l’homme (PADDH) a interpellĂ© dimanche, dans une dĂ©claration, la SONABEL sur la « vague orageuse de coupures d’électricitĂ© » que connaĂźt le pays. Selon ces associations, ces coupures d’électricitĂ© constituent une « violation flagrante des droits fondamentaux des consommateurs » et elles appellent la nationale de l’électricitĂ© Ă  « rĂ©tablir la situation Ă  la normale, au plus vite et sans dĂ©lai ».

« Cette crise Ă©nergĂ©tique, la plus longue et la plus Ă©prouvante du pays, dĂ©sarticule nos habitudes quotidiennes et paralyse les secteurs d’activitĂ©s et l’économie nationale », fustige la PADDH, qui estime que cette « violation flagrante des droits fondamentaux des consommateurs Ă  des services de qualitĂ© et continus, Ă  la sĂ©curitĂ©, Ă  l’information, au choix, Ă  la satisfaction et Ă  la rĂ©paration ne saurait ĂȘtre tolĂ©rĂ©e ».

Dans son communiquĂ©, la plateforme constituĂ©e entre autres de l’Association des consommateurs du Burkina (ACB), du RĂ©seau national des consommateurs du Faso (RENCOF) et de Vigi Consommateurs (VC), revient sur les explications du Directeur gĂ©nĂ©ral de la SONABEL, le 3 avril dernier, sur le plateau de la tĂ©lĂ©vision nationale. « Les explications du Directeur GĂ©nĂ©ral de la SONABEL, associant ces coupures Ă  un rationnement drastique au Ghana, secouĂ© par une panne technique, ne sauraient tenir un mois aprĂšs, car le Ghana a rĂ©solu ladite panne et repris son cours normal de desserte », peut-on lire dans le communiquĂ©.

Ces dĂ©fenseurs des droits de l’homme disent Ă©galement ne pas comprendre qu’il y ait au sein de la nationale un « dĂ©ficit important d’investissement », comme indiquĂ© par le DG de la SONABEL, Souleymane OuĂ©draogo. Selon la plateforme, la SONABEL aurait pu rĂ©aliser des Ă©conomies substantielles avec le prix d’achat du KWH de l’interconnexion, facturĂ© Ă  70 F CFA, et le coĂ»t de production de l’énergie solaire, estimĂ© Ă  40 F CFA, alors que le coĂ»t de production de l’énergie thermique est de 122 F CFA.

La PADDH dĂ©clare que cette crise Ă©nergĂ©tique, aux « apparences anodines, peut se transformer en une crise sociale, avec des relents politiques, aux consĂ©quences dommageables », et appelle donc Ă  mobiliser les Ă©conomies enregistrĂ©es ces derniĂšres annĂ©es pour renforcer les capacitĂ©s de la SONABEL. Au gouvernement, elle demande de diligenter des audits de la SONABEL et des autres sociĂ©tĂ©s d’État en peine et Ă  situer les responsabilitĂ©s des dirigeants actuels et prĂ©cĂ©dents dans cette crise.

Yaya Diomandé / Oméga Médias

Laisser un commentaire