Climat, genre et droit : Un dialogue multipartite organisé par IDLO

0
1566
IDLO

L’Organisation International de droit au développement (OIDD) en anglais International Development Law Organization (IDLO) a organisé le jeudi 18 avril 2024 à Ouagadougou un dialogue multipartite qui a réuni des acteurs intervenants sur le genre, le climat et le droit. L’objectif de cette rencontre était d’une part de présenter les résultats de l’évaluation du cadre juridique et réglementaire lié au climat dans une perspective genre et d’autre part échanger avec des experts et acteurs clés sur les réalités et perspectives liés au climat, au genre et au droit au Burkina Faso.

Ce dialogue multipartite a réuni des acteurs étatiques, des membres des organisations de la société civile, des leaders communautaires et d’autres acteurs clés intervenants dans les domaines du genre, du climat et du droit. Les travaux ont été marqués par un panel de discussion ainsi que des échanges.

IDLO
                                                                Une vue des participants

Les échanges au cours de ce dialogue multipartite ont porté entre autres sur la compréhension du genre et les efforts du Burkina Faso en la matière, la prise en compte du genre dans les actions climatiques, les efforts de prise en compte du genre dans les initiatives sur l’agriculture et la gouvernance des terres au Burkina.

Les femmes majoritairement affectées par le changement climatique

Des échanges, il ressort que les femmes sont majoritairement affectées par les effets du changement climatique. Il ressort également que les normes sociales et les inégalités de genre limitent souvent l’accès des femmes aux ressources économiques, à l’éducation et aux opportunités d’emploi, ce qui aggrave leur vulnérabilité face aux catastrophes climatiques.

IDLO
« Quand on parle de changement climatique quand on parle d’effets néfastes du changement climatique ça touche majoritairement les femmes. Le gouvernement en matière de promotion du genre dans notre pays veille pour la prise en compte des besoins spécifiques des hommes et des femmes, afin d’atténuer les effets néfastes du changement climatique sur ces groupes cibles « , a souligné Marie-Madeleine Tougouri, directrice de la promotion du genre au ministère en charge de l’Action sociale (au milieu) sur la photo.

La directrice de la promotion du genre au ministère en charge de l’Action sociale a également présenté l’engagement de l’État burkinabè dans la préservation de l’environnement. Une préservation qui nécessite beaucoup de sensibilisations, selon l’expert genre et changement climatique Mahamoudou Sawadogo, le consultant de l’évaluation du cadre juridique et règlementaire lié au climat dans une perspective genre de l’IDLO.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Selon l’expert Mahamoudou Sawadogo, il faut penser à des mesures fortes pour lutter et faire face au changement climatique. « De manière globale, la situation est alarmante, mais si on se rapporte sur le cas du Burkina Faso on ne peut pas aussi se réjouir il faut penser à des mesures fortes, changer nos comportements, travailler surtout à réduire les émissions de gaz à effet de serre et surtout aussi être un acteur du changement climatique », a-t-il indiqué.

A l’issue des échanges, les experts sont tous unanime sur le fait que pour aborder la question de changement climatique de manière efficace, il est nécessaire d’adopter une approche qui intègre les considérations de genre, en reconnaissant les rôles et les besoins spécifiques des femmes et en veillant à ce qu’elles soient pleinement impliquées dans les processus de prise de décision et de mise en œuvre des politiques climatiques.

IDLO
                                                                        Photo de famille

L’Organisation Internationale du Droit de Développement (IDLO) est une organisation intergouvernementale mondiale exclusivement dédiée à la promotion de l’État de droit, catalyseur de la paix et du développement durable. L’IDLO défend une justice centrée sur les personnes et travaille à garantir des réponses inclusives, équitables et efficaces à la crise climatique.

À travers son projet « Advancing Women’s and Girls’ Action for Climate Justice through the Rule of Law », l’IDLO travaille à renforcer la capacité des femmes et des filles à promouvoir et à protéger leurs droits environnementaux et à façonner l’action climatique par le biais de l’état de droit au Burkina Faso et en Philippines depuis Mai 2022.

Charles Dah/ Oméga Médias 

A LIRE ÉGALEMENT : Droits Humains : une tournée de sensibilisation organisée par la CNDH

Laisser un commentaire