🔮 LibĂ©ration de Guy HervĂ© Kam exigĂ©e par la justice : Une « victoire » pour le mouvement SENS

0
2344

Le Mouvement SENS de Me Guy HervĂ© Kam a saluĂ©, jeudi dans un communiquĂ©, la dĂ©cision du tribunal administratif de Ouagadougou qui a ordonnĂ© la libĂ©ration immĂ©diate de l’intĂ©ressĂ©, arrĂȘtĂ© dans la nuit du mercredi 24 au jeudi 25 janvier.

« Avec cette décision du Tribunal administratif, le mouvement SENS attend que son Coordonnateur National Me Guy Hervé KAM soit immédiatement libéré, ainsi que tous les autres BurkinabÚ enlevés en dehors de toute procédure judiciaire ».

Lire l’intĂ©gralitĂ© du communiquĂ© đŸ‘‡đŸœ

Nous avons pris connaissance de la dĂ©cision du tribunal administratif de Ouagadougou qui a ordonnĂ© ce jeudi 7 mars 2024, Ă  l’Etat burkinabĂš, la libĂ©ration immĂ©diate de Me Guy HervĂ© KAM, Coordonnateur national du Mouvement SENS.

Cette dĂ©cision suscite de l’espoir pour le peuple burkinabĂš car elle conforte la volontĂ© de sauvegarder la dignitĂ© humaine et qu’aucune personne ne subisse l’arbitraire de qui que ce soit. Le Coordonnateur National, Me Guy HervĂ© KAM, Patriote et Panafricain a toujours voulu incarner ce principe et s’est toujours battu pour que toute personne au Burkina Faso voit sa dignitĂ© prĂ©server dans l’Ă©tat de droit. Ainsi, pour le mouvement SENS, cette dĂ©cision est une victoire qui interpelle sur le fait que force doit rester Ă  la Loi.

Pour rappel, des hommes en civil se faisant passer pour des agents de la SuretĂ© de l’Etat avaient enlevĂ© Me KAM dans la nuit du mercredi 24 au jeudi 25 janvier 2024 Ă  l’AĂ©roport international de Ouagadougou, alors qu’il revenait d’une mission de travail de Bobo-Dioulasso. Ils l’auraient ensuite sĂ©questrĂ© Ă  la sĂ»retĂ© de l’État, sans une procĂ©dure judiciaire connue de ses avocats, de sa famille biologique ou politique. Le mouvement SENS a par la suite entamĂ© une sĂ©rie de procĂ©dures auprĂšs de l’autoritĂ© pour non seulement en savoir plus sur l’objet de son enlĂšvement mais aussi et surtout exiger sa libĂ©ration. Ces dĂ©marches sont restĂ©es vaines, face au mur de silence entourant cet acte d’une autre Ă©poque de notre histoire politique.

Ses avocats, aprĂšs plusieurs tentatives infructueuses pour le voir, ont introduit auprĂšs du tribunal administratif, une demande de rĂ©fĂ©rĂ© libertĂ©. L’audience a eu lieu le 5 mars et il en est ressorti que 42 jours aprĂšs son enlĂšvement, l’autoritĂ© n’a non seulement pas suivi les procĂ©dures judiciaires, mais aussi et surtout ne dispose d’aucun Ă©lĂ©ment probant justifiant son enlĂšvement.

Avec cette décision du Tribunal administratif, le mouvement SENS attend que son Coordonnateur National Me Guy Hervé KAM, soit immédiatement libéré, ainsi que tous les autres BurkinabÚ enlevés en dehors de toute procédure judiciaire.

La Coordination Nationale

 

Laisser un commentaire