🔮25e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : « Il est trĂšs peu probable que François CompaorĂ© soit extradé » Me ProspĂšr Farama

0
1308

 

Cela fait 25 ans que le journaliste Norbert Zongo a été assassiné avec trois de ses compagnons à Sapouy, le 13 décembre 1998.

Le 13 dĂ©cembre 2023, le Collectif des organisations dĂ©mocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale contre la vie chĂšre (CCVC) prĂ©voient une sĂ©rie d’activitĂ©s Ă  Ouagadougou et dans d’autres localitĂ©s du pays. Un point de presse a Ă©tĂ© animĂ© par ces organisations, le jeudi 7 dĂ©cembre Ă  Ouagadougou pour donner les grandes lignes de cette commĂ©moration placĂ©e sous le thĂšme : »Pour le sacrifice suprĂȘme consenti pour les libertĂ©s, la dĂ©fense des droits humains et la bonne gouvernance, poursuivons la lutte pour la vĂ©ritĂ© et la justice pour Norbert Zongo ».

 

Henry Sebgo, un pseudonyme portĂ© par le journaliste d’investigation Norbert Zongo et qui faisait trembler les caciques du pouvoir dans les annĂ©es 90, a Ă©tĂ© assassinĂ© le 13 dĂ©cembre 1998. Un incident qui a transcendĂ© les frontiĂšres du Burkina. Ainsi donc, des voix se sont Ă©levĂ©es pour condamner les violences faites aux journalistes dans l’exercice de leur fonction. Beaucoup d’organisations ont se sont mises en place au Burkina Faso pour la libertĂ© de la presse.

 

Un quart de siĂšcle aprĂšs, la commĂ©moration de ce 25e anniversaire se tient dans un contexte de crise sĂ©curitaire oĂč le prĂ©sident du collectif des organisations dĂ©mocratiques de masse et de parti politiques dit avoir un sentiment de profond regret.Pour ce qui est des menaces profĂ©rĂ©es contre des citoyens au Burkina, Chrysogone ZougmorĂ© s’indigne « nous sommes habituĂ©s Ă  cela(…)Nous avons eu Ă  sauver des vies de certaines personnes qui menaçaient de nous tuer…  »

Selon Chrysogone ZougmorĂ© l’histoire doit enseigner toute personne responsable… »

Les journalistes « se contentent de relayer des comptes rendus des caisses Ă  raisonnance du rĂ©gime en place sans pour autant avoir la possibilitĂ© d’aller sur le terrain et traiter l’information selon les angles souhaitĂ©s », dĂ©plore le prĂ©sident du MBDHP.

 

25 ans aprĂšs l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et de ses trois compagnons d’infortune, l’espoir de voir le principal mis en cause devant la justice burkinabĂ© s’amincit avec l’arrĂȘt de la cour europĂ©enne des droits de l’homme du 7 septembre dernier s’opposant Ă  l’extradition de François CompaorĂ© en effet, on s’achemine donc vers un procĂšs par « contumace » selon les animateurs de la confĂ©rence de presse. Me ProspĂšr Farama, membre du collectif dit avoir un sentiment de regret Ă  ce propos. Pour cet avocat et fervent dĂ©fenseur des droits de l’homme, « Il est trĂšs peu probable » que François CompaorĂ© soit extradĂ© au regard des Ă©lĂ©ments juridiques que nous avons prĂ©cĂ©demment dĂ©veloppĂ©s mais aussi des Ă©lĂ©ments politico-diplomatiques ».

 

Le 13 dĂ©cembre 2023 aura lieu un rassemblement au cimetiĂšre de Gounghin puis un panel. Au delĂ  de Ouagadougou , d’autres localitĂ©s Ă  travers le pays vont commĂ©morer comme d’habitude ce anniversaire.

Norbert Zongo Ă©tait un journaliste d’investigation et fondateur du journal l’IndĂ©pendant. Il a Ă©tĂ© assassinĂ© le 13 dĂ©cembre 1998 avec trois de ses compagnons Ă  Sapouy.

Joël Soré/Oméga médias

Laisser un commentaire