🔮CoopĂ©ration Burkina-Niger: »Il faut que nous cessions nos Ă©goĂŻsmes personnels, nos micros nationalismes et voir plus grand  » Apollinaire Kyelem, Premier ministre

0
1535

 

« Il faut que nous cessions nos Ă©goĂŻsmes personnels, nos micros nationalismes et voir plus grand  » a affirmĂ© samedi le Premier ministre burkinabĂš Ă  l’occasion de la visite du Premier ministre nigĂ©rien Ali Mahaman en terre burkinabĂš.

Cette visite entre dans le cadre du renforcement des relations bilatérales entre les deux pays.

La dĂ©lĂ©gation nigĂ©rienne dit ĂȘtre « venue transmettre les chaleureuses salutations et les remerciements du PrĂ©sident, le gĂ©nĂ©ral Abdourahamane Tchiani au peuple burkinabĂš qui les a soutenus face aux diffĂ©rentes sanctions prises par la CEDEAO Ă  l’encontre du Niger ».

 » Avec la mise en commun de nos Ă©nergies et de nos moyens, cela devrait nous permettre d’aller de l’avant et de faire en sorte que les populations qui sont durement meurtries puissent retrouver la tranquillité » Ă  dĂ©clarĂ© le chef du gouvernement nigĂ©rien Ă  sortie d’audience.

La question sĂ©curitaire a plus ponctuĂ© sur les dĂ©bats. Selon le Premier ministre nigĂ©rien, il faut mettre en place une commission tripartite afin de faire face Ă  l’ennemi commun et Ă  l’hydre terroriste. « Nous avons parlĂ© de la nĂ©cessitĂ© de nous voir, plus souvent, pour Ă©changer sur tous les aspects qui intĂ©ressent nos populations, que ce soit sur le plan Ă©conomique, sĂ©curitaire et culturel », a-t-il relevĂ©.

Ce cadre de dialogue diplomatique Ă©tait aussi l’occasion pour Ali Mahaman de rassurer le Premier ministre burkinabĂš que « les deux Etats ont repris les opĂ©rations conjointes » tout en faisant remarquer qu’au niveau des hydrocarbures, une commission est mise en place pour faciliter la coopĂ©ration Burkina-Niger.

Au regard de l’importance diplomatique entre les deux pays Apollinaire KyĂ©lem a fait savoir Ă  son homologue du Niger que : « quand on a peur de mourir, on ne s’engage pas dans le combat que nous menons ».

Cette audience a Ă©galement permis au ministre KyĂ©lem de rappeler la nĂ©cessitĂ© de la crĂ©ation de l’Alliance des Etats du Sahel qui comprend le Burkina Faso, le Mali et le Niger. « Cette Ă©preuve nous a fait comprendre que, isolement, nous ne sommes rien face Ă  nos adversaires. Il faut qu’on se mette ensemble. Ensemble, nous pouvons faire beaucoup de choses mais, isolement, on peut venir frapper l’un, ensuite, on frappe l’autre. Il faut que nous cessions nos Ă©goĂŻsmes personnels, nos micros nationalismes et essayer de voir plus grand », a – t – il insistĂ©.

Charles Dah/Oméga médias

Laisser un commentaire