« Les prisons guinéennes c’est l’enfer », Abdoulaye Bah, membre de l’UFDG libéré par les putschistes

Les prisons « ne répondent pas aux critères internationaux pour respecter les droits humains », selon Abdoulaye Bah, l’un des leaders de l’opposition guinéenne libéré mardi par les putschistes. « La prison de Conakry est une prison coloniale qui a été construite pour un effectif de 300 personnes et nous étions plus de 1.600 détenus », a indiqué le militant de l’UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée). Il est l’invité de la rédaction ce jeudi. Joint au téléphone par Brigitte Yoda, Abdoulaye Bah a estimé que le coup d’Etat opéré dans son pays est comme une situation normale.

 

Laisser un commentaire