Burkina : le CIFOEB satisfait des résultats du suivi des dépenses publiques

0
198

Le centre d’information, de formation, et d’étude sur le budget (CIFOEB), s’est dit satisfait des résultats obtenus. Ce, après une étude menée sur le terrain sur les dépenses publiques. Cette étude qui a été menée avec des acteurs de la gestion des budgets alloués par l’État aux secteurs de l’éducation de base, de la santé et de l’eau, a été entamée le 1er juillet 2018 pour une durée de 30 mois. La présentation des résultats s’est fait ce jeudi 22 avril à Ouagadougou.

Selon le CIFOEB le citoyen est davantage éclairé sur la conduite des affaires locales grâce aux comités mis en place dans les communes. “Il y a une qualité élevée en terme d’information aussi en terme de capacité d’influencer l’action publique. On a aussi noté une évolution de la culture de la transparence de la redevabilité de des autorités locales. Aujourd’hui les maires auprès desquels nous intervenons sont beaucoup plus à l’aise pour venir vers la population pour présenter les résultats et les actions menées dans le domaine de la santé de l’éducation et l’eau potable” a indiqué le directeur Exécutif du CIFOEB Youssouf Ouattara.

Cependant il existe des défis à relever suite à quelques observations faites dans plusieurs domaines dont la santé, selon Hyacinthe Fiacre Sou chargé de projet au CIFOEB. ” Il y a la rupture fréquente des médicaments par exemple du côté de l’accouchement bon nombre de produit sont subventionnés par l’Etat mais certains acteurs continuent de se plaindront sur le terrain par ce que dans le processus d’accouchement de leur femmes ils étaient obligés d’effectués des paiements ce qui ne se justifie pas. Il y a aussi le manque de ressources humaines souvent deux personnels soignant pour tout un CSPS (centre de sante de promotion sociale) ce n’est pas suffisant “déclare-t-il.

Le CIFOEB intervient dans 57 communes du Burkina. Les défis sanitaire et sécuritaire freinent ses activités. Mais il dit trouver les moyens pour relever les différents défis.

Ruth Zapsonre

Laisser un commentaire