Canal+ Burkina enrichit son bouquet avec les chaînes Mandeka et Pulaagu

0
2427

Canal+ Burkina continue d’élargir son offre avec l’introduction de deux nouvelles chaînes : Mandeka et Pulaagu, dédiées respectivement aux langues mandingue et Peul. Ces chaînes ont été officiellement présentées au public le vendredi 3 mai 2024 à Canal Olympia Pissy à Ouagadougou.

Mandeka et Pulaagu
Une vue du public présent à la cérémonie présentation des deux nouvelles chaînes

Les chaînes Mandeka et Pulaagu se positionnent comme des vecteurs de divertissement axés sur la valorisation des cultures mandingue et Peul. Elles proposent une programmation riche en séries théâtrales en langues mandingues, bambara et Peul, produites dans des pays tels que le Sénégal, le Mali, la Guinée et la Mauritanie.

Jacques François Dioh, Directeur Général de Canal+ Burkina, souligne l’importance de ces chaînes pour les communautés concernées : “Elles à la transmission de nos valeurs sociétales, traditions et coutumes. Les abonnés pourront découvrir des séries reflétant le quotidien de ces communautés, ainsi que des rediffusions pour ceux qui auraient manqué des émissions en semaine.”, a-t-il déclaré.

Mandeka et Pulaagu

A LIRE ÉGALEMENT : CANAL + : deux nouvelles chaînes burkinabè font leur apparition

Le représentant des communautés mandingues et Peuls, Abdoulaye Diallo, Cheick de Niou exprime son enthousiasme face à ce lancement. Il espère que ces chaînes auront un impact positif sur les téléspectateurs, notamment en offrant des contenus éducatifs et en ravivant la conscience culturelle.

“Nous attendons avec impatience de voir ces chaînes enrichir notre quotidien et nous aider à redécouvrir et à célébrer notre héritage culturel,” déclare Abdoulaye Diallo.

Les chaînes Mandeka et Pulaagu sont disponibles sur les canaux 66 et 67 et sont accessibles à partir de la formule d’abonnement « Accès » de Canal+.

Canal+ Burkina a également dévoilé en avant-première le film documentaire Vieux Père, qui retrace la vie d’un homme avant et après sa guérison du nanisme.


Moumouni Yaro/ Oméga médias

Laisser un commentaire