🔮 Mali : Le gouvernement suspend les activitĂ©s des partis et associations (DĂ©cret)

0
527

Le gouvernement de Transition malien a annoncĂ© ce mercredi, dans un projet de dĂ©cret, la suspension « jusqu’Ă  nouvel ordre » des « activitĂ©s des partis politiques et des activitĂ©s Ă  caractĂšre politique des associations sur toute l’étendue du territoire national ».

Une dĂ©cision motivĂ©e, selon le porte-parole du gouvernement Abdoulaye MaĂŻga, par des raisons de maintien de l’ordre public. « Ce n’est pas un dĂ©cret qui vise en particulier un parti politique ni une association spĂ©cifique, c’est une mesure impersonnelle », a dĂ©clarĂ© Abdoulaye MaĂŻga mercredi soir Ă  la tĂ©lĂ©vision nationale.

Cette mesure de suspension arrive aprĂšs quelques semaines d’interpellations sur la scĂšne politique Ă  la constatation de la fin de la Transition militaire fixĂ© au 26 mars 2024 par le Colonel Assami GoĂŻta. Le PrĂ©sident malien avait lui-mĂȘme fixĂ© la durĂ©e de la Transition militaire Ă  24 mois Ă  partir du 26 mars 2022 pour organiser une prĂ©sidentielle et rĂ©tablir le pouvoir aux civils. À terme de cette Ă©chĂ©ance, le 26 mars dernier, des partis politiques de tous bords et des organisations de la sociĂ©tĂ© civile rĂ©clament l’organisation d’une Ă©lection prĂ©sidentielle.

Plus de 80 partis politiques et organisations de la sociĂ©tĂ© civile ont annoncĂ© dans une dĂ©claration signĂ©e le 31 mars, actĂ© la fin de la Transition conformĂ©ment au dĂ©cret prĂ©sidentiel fixant la durĂ©e de la Transition. Ils assurent dans leur dĂ©claration ĂȘtre prĂȘts Ă  recourir Ă  « toutes les voies lĂ©gales et lĂ©gitimes pour le retour Ă  l’ordre constitutionnel normal et dans le concert des Nations ». D’autres organisations ont fait appel Ă  la Cour constitutionnelle du pays pour constater un « vide institutionnel » dĂ» Ă  la vacance de la Transition militaire.

Le Premier ministre Choguel MaĂŻga a dĂ©clarĂ© vendredi, lors d’une rencontre du ComitĂ© de pilotage du Dialogue inter-Maliens avec les membres du gouvernement, que la Transition en cours prendra fin avec l’investiture d’un prĂ©sident Ă©lu. Alors qu’aucune date n’a Ă©tĂ© fixĂ©e pour les Ă©lections depuis le report, en septembre, du scrutin du 4 fĂ©vrier 2024.

Yaya Diomandé / Oméga Médias

Laisser un commentaire