Bobo Dioulasso : Un réseau de trafiquants de sorgho frelaté démantelé par le SRPJ

0
1877
Bobo Dioulasso

Le service régional de la police judiciaire des Hauts-Bassins (SRPJ) des Hauts-Bassins a présenté à la presse un réseau de trafiquants spécialisé dans la vente du sorgho mélangé à du granite vendu sur les marchés.

Ce sont 40 sacs de sorgho mélangé avec des cailloux en l’occurrence du granite et du quartz qui ont été saisis lors d’une opération menée par le service régional de la police judiciaire des Hauts-Bassins (SRPJ) des Hauts-Bassins. Cette saisie a été faite dans le magasin de N.Z situé au quartier Niènèta de la ville de Bobo-Dioulasso. Une saisie rendue possible grâce à la collaboration de la population avec la police nationale à travers le SRPJ.

Bobo Dioulasso
   Une vue des sacs saisis

Reconnaissant les faits, N.Z déclare vouloir solder une dette de plus de deux millions (2.000.000) de Francs CFA. C’est ce qui lui aurait conduit, affirme-t-il, à mener une telle activité. La police rassure qu’à l’issue de cette conférence de presse que les intéressés seront déférés au parquet pour répondre de forfait.

Ils concassaient le granite et le quartz

Selon le commissaire de police, le chef du SRPJ Yacouba Farta, le mode opératoire de ces individus consiste à concasser le granite et le quartz. Ensuite, les employés sont chargés de mélanger lesdits cailloux dans des sacs de vrai sorgho. Puis, N.Z se charge de peser lesdits sacs et s’assure qu’ils ont la masse de 100 kg avant de les recoudre. Ces mêmes sacs sont mis sur le marché et sont destinés à la consommation.

Bobo Dioulasso
Le commissaire de police Yacouba Farta regrette que N.Z, en plus de ce forfait, emploie des mineurs.

Le chef du SRPJ Yacouba Farta a également souligné que les cailloux utilisés ont une texture et une couleur semblable à celle du sorgho et passe facilement inaperçus si l’on n’y prête pas attention. Le commissaire de police Yacouba Farta regrette que N.Z, en plus de ce forfait, emploie des mineurs. Il informe qu’il réalisait ce « crime » dans le seul dessein de provoquer un surpoids au niveau du kilogramme et de gonfler les bénéfices sur le marché. Toute chose qui selon lui n’est pas sans conséquence au niveau des consommateurs.

Bobo Dioulasso
Le magasin scellé par la police

Pour l’heure, le conférencier rassure que le magasin est scellé et les enquêtes sont en cours pour débusquer le reste des membres du réseau. La police nationale témoigne sa reconnaissance envers les populations pour leur franche collaboration. À cet effet, elle souhaite davantage de vigilance et à dénoncer de tout comportement suspect à travers les numéros 17, 16 et 1010.

Adama Coulibaly/ Mamou Ouédraogo / Oméga médias Bobo Dioulasso

A LIRE AUSSI : Bobo Dioulasso : plus de 6000 pagnes falsifiés du 8 mars et 500 bouteilles de liqueurs frelatées saisis par la CNLF

Laisser un commentaire