Bobo Dioulasso : des étudiants dénoncent des pannes « répétées » des bus SOTRACO

0
1622

Des étudiants de l’université Nazi Boni de Bobo Dioulasso se sont rassemblés ce mercredi 20 mars 2024 devant le siège de la société de transport en commun SOTRACO dont les bus assurent leur transport. En cause, ils disent exprimer leur ras-le-bol contre la « mauvaise » qualité des services de la société SOTRACO.

Bobo Dioulasso
Des bus de la société SOTRACO

Trop, c’est trop, et ils n’en peuvent plus des multiples retards occasionnés par les pannes répétées des bus de SOTRACO qui assurent leur transport, a souligné les manifestants.

Bobo Dioulasso
« C’est incompréhensible qu’il y a des bus pour les sorties, mais pas de bus pour les étudiants alors que nous sommes leurs fidèles clients. Ce matin, le bus qui devrait nous amener à l’université Nazi Boni est tombé en panne, ils ont amené un deuxième et ensuite un troisième, mais pas de succès. C’est pourquoi on a dit comme ils ne veulent pas nous respecter, nous allons bloquer les autres bus », a déclaré Ferdinand Yaméogo, un étudiant manifestant abonné à la société de transport en commun SOTRACO.

Outre les pannes répétées, les manifestants évoquent également des problèmes de surcharge lors du transport des étudiants.

« Ce problème de surcharge est un danger pour nous les étudiants. Car les étudiants risquent leur vie et s’accrochent sur les bus jusqu’à NASSO [où se trouve les amphithéâtres] à une vingtaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso. On est allé voir le directeur à ce propos, il y a deux mois de cela, mais rien n’a changé », a indiqué Ferdinand Yaméogo.

La Direction régionale promet de rendre compte à qui de droit.

Pour le directeur régional de la société de transport en commun SOTRACO, ces problèmes, soulevés par les étudiants, sont une réalité.

Bobo Dioulasso
«Ils ont soulevé les préoccupations. Ces préoccupations sont le retard des bus, des pannes qui surviennent en pleine circulation et qui engendrent des retards au niveau des universités et également des surcharges qui constituent un danger et cela est visible, reconnaît Luc Mano.

A lire aussi : 🔴 ALERTE – Le DAF de Sotraco tué chez lui

En ce qui concerne les préoccupations soulevées par les étudiants, Luc Mano réagi en disant : « Ils veulent savoir, c’est quel jour nous pouvons répondre à cette demande. J’ai dit en tant que directeur régional, je ne peux pas le dire. Mais je sais que le problème que vous posez est exact. J’ai été interpellé par d’autres personnes par rapport à cette situation, mais je ne peux pas dire que demain ou après-demain, on va trouver des solutions. Mais je promets de rendre compte à qui de droit », a-t-il déclaré.

Bobo Dioulasso
Une vue des manifestants

Les étudiants espèrent avoir une suite favorable à leur requête afin de leur permettre de vaquer librement à leurs occupations.

Alassane Sory et Mamou Ouédraogo/Oméga médias Bobo-Dioulasso

Laisser un commentaire