🔮 Élection PrĂ©sidentielle russe : La France condamne la tenue du scrutin dans des territoires ukrainiens

0
1987

La France a condamné lundi, dans un communiqué de son ministÚre des affaires étrangÚres, la tenue de « prétendues « élections » » russes dans les territoires ukrainiens « temporairement » occupés par la Russie, notamment en Crimée et à Sébastopol, ainsi que dans une partie des régions de Donetsk, Louhansk, Zaporijjia et Kherson.

« La France ne reconnaĂźt et ne reconnaĂźtra jamais la tenue et les rĂ©sultats de ces prĂ©tendues « élections » et rĂ©affirme son attachement Ă  la souverainetĂ©, Ă  l’indĂ©pendance, Ă  l’unitĂ© et Ă  l’intĂ©gritĂ© territoriale de l’Ukraine », a indiquĂ© le Quai d’Orsay qui qualifie « d’illĂ©gale » la tenue du scrutin en territoires ukrainiens. Une « violation du droit international et de la Charte des Nations unies », ajoute le ministĂšre des affaires Ă©trangĂšres françaises.

Selon le sondage de l’institut officiel Vtsiom annoncĂ© Ă  la tĂ©lĂ©vision d’État, Vladimir Poutine a Ă©tĂ© rĂ©Ă©lu prĂ©sident pour un cinquiĂšme mandat avec 87% des suffrages ce dimanche 17 mars. Un processus Ă©lectoral marquĂ© selon la France par un contexte d’une rĂ©pression accrue Ă  l’encontre de la sociĂ©tĂ© civile et de toute forme d’opposition au rĂ©gime, notamment la non-admission des candidats opposĂ©s Ă  la poursuite de la guerre en Ukraine Ă  concourir Ă  l’élection.

« La France prend acte du rĂ©sultat attendu de l’élection prĂ©sidentielle, par lequel V. Poutine se maintient Ă  la PrĂ©sidence de la FĂ©dĂ©ration de Russie pour un cinquiĂšme mandat », peut-on lire dans le communiquĂ© du Quai d’Orsay.

La Russie a tenu son élection présidentielle hors de toute observation internationale « impartiale », déplore par ailleurs la France. Elle salue dans son communiqué le courage des nombreux citoyens russes ayant manifesté pacifiquement leur opposition à cette atteinte à leurs droits politiques fondamentaux.

Élu pour la premiĂšre fois prĂ©sident de la fĂ©dĂ©ration de Russie en 2000 puis rĂ©Ă©lu en 2004, il avait dĂ» passer la main Ă  son Premier ministre Dmitri Medvedev en 2008 car il ne pouvait pas briguer de troisiĂšme mandat consĂ©cutif Ă  l’Ă©poque.

Ce verrou ayant sautĂ© depuis, Vladimir Poutine a pu de nouveau se prĂ©senter cette annĂ©e aprĂšs ĂȘtre sorti vainqueur du scrutin prĂ©sidentiel en 2012 et en 2018.

Yaya Diomandé / Oméga Médias

Laisser un commentaire