🔮 Aprùs le Mali, le Burkina et le Niger quittent le G5 Sahel

0
530

AprĂšs le Mali en mai de 2022, le Burkina et le Niger se retirent de toutes les instances et organes du G5 Sahel, y compris la force conjointe. L’annonce faite ce samedi 2 dĂ©cembre indique que la dĂ©cision prend effet Ă  partir du 29 novembre 2023.

« Les gouvernements de transition du Burkina Faso et de la République du Niger, aprÚs un examen approfondi du G5 Sahel et du fonctionnement de cette organisation, ont décidé en toute souveraineté du retrait du Burkina Faso et du Niger », indique un communiqué conjoint des deux gouvernements.

Ces deux États sous transition militaire dĂ©noncent des « lourdeurs institutionnelles » ainsi que des « pesanteurs d’un autre Ăąge » au sein de cette organisation sous-rĂ©gionale, en contradiction avec leur volontĂ© d’indĂ©pendance.

« Le G5 Sahel ne saurait servir les intĂ©rĂȘts Ă©trangers au dĂ©triment de ceux des peuples du Sahel, encore moins accepter le diktat de quelque puissance que ce soit au nom d’un partenariat dĂ©voyĂ© et infantilisant qui nie le droit Ă  la souverainetĂ© de nos peuples et de nos États », peut-on lire dans le communiquĂ©.

Les autorités du Burkina et du Niger réitÚrent toutefois leur engagement solidaire dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontaliÚre.

« Le Burkina Faso et le Niger maintiendront leur dynamique de coopĂ©ration, notamment au sein de l’Alliance des États du Sahel, pour faire de notre espace sahĂ©lien un espace de souverainetĂ© assumĂ©e pour la reconquĂȘte de nos territoires et la restauration de la paix et de la sĂ©curitĂ©, gage d’un dĂ©veloppement partagĂ© pour les peuples du Sahel », ajoute le communiquĂ©.

Le Burkina, le Niger et le Mali, tous trois dĂ©sengagĂ©s du G5 Sahel, ont ratifiĂ© en septembre dernier la Charte du Liptako-Gourma, instituant l’Alliance des États du Sahel. Cette nouvelle organisation sous-rĂ©gionale, selon les 17 articles qui constituent la Charte, a pour objectif premier de lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes et la criminalitĂ© en bande organisĂ©e dans l’espace commun de l’Alliance. Les chefs de la diplomatie de ces trois pays ont recommandĂ© jeudi, Ă  l’issue d’une rĂ©union tenue Ă  Bamako au Mali, la crĂ©ation d’une confĂ©dĂ©ration Mali-Burkina-Niger.

Le G5 Sahel, crĂ©Ă© en 2014 sous la houlette de la France, avec le Burkina, le Mali, le Niger, le Tchad et la Mauritanie comme États membres, ne compte plus que les deux derniĂšres nations citĂ©es. Cette organisation sous-rĂ©gionale entendait mutualiser les capacitĂ©s et les moyens pour faire du Sahel un espace de sĂ©curitĂ© et de dĂ©veloppement.

 

 

Yaya Diomandé / Oméga médias

Laisser un commentaire