🔮Structure Ă©ducatives catholiques : la FAIB dĂ©nonce de nouvelles dispositions « contraires aux lois »

0
1054

La Fédération des associations islamiques du Burkina a invité les responsables des structures éducatives catholiques, dans une circulaire parue mercredi, à ne pas appliquer les nouvelles dispositions proscrivant le port du voile au sein des établissements catholiques.

Cette dĂ©cision des structures Ă©ducatives catholiques, actĂ©e le 3 mai dernier dans un document, stipule en son article 5 que, en dehors du foulard de tĂȘte retenu par l’Ă©tablissement, « le port du voile, comme simple parure ou expression de son appartenance catholique, protestante, islamique ou autre, n’est pas autorisé » et « il en est de mĂȘme du turban de tĂȘte ». Cette disposition doit entrer en vigueur dĂšs la rentrĂ©e 2023-2024.

La FAIB estime, dans sa circulaire, que ces nouvelles mesures sont « contraires non seulement aux lois et aux rĂšglements en vigueur, mais aussi aux engagements de l’Église elle-mĂȘme vis-Ă -vis de l’État. Elle Ă©voque notamment l’article 55 de l’arrĂȘtĂ© portant adoption du rĂšglement intĂ©rieur des Ă©tablissements d’enseignement post-primaire et secondaire du Burkina, qui dit que « les chefs d’Ă©tablissement doivent rĂ©server un Ă©gal traitement Ă  toutes les confessions religieuses reconnues ».

Poursuivant avec l’article 56 du mĂȘme arrĂȘtĂ© – « Le port de symbole d’appartenance Ă  une religion reconnue est tolĂ©rĂ© pour autant qu’il reste conforme Ă  la dĂ©cence, Ă  l’hygiĂšne corporelle, aux exigences pĂ©dagogiques, au rĂšglement intĂ©rieur et permette l’identification complĂšte de l’Ă©lĂšve. » – la fĂ©dĂ©ration estime que le voile que porte la femme ou la fille musulmane, s’il constitue bien un symbole de son appartenance Ă  l’Islam, reste conforme Ă  la rĂ©glementation en vigueur.

D’autant plus que l’Église catholique, dans sa convention avec l’État, s’engage Ă  respecter les textes lĂ©gislatifs et rĂ©glementaires en vigueur en matiĂšre d’Ă©ducation et de formation.

La FAIB indique avoir entrepris des dĂ©marches auprĂšs des responsables de la ConfĂ©rence Ă©piscopale et du Premier ministre pour Ă©voquer ce problĂšme et n’a toujours pas encore reçu de rĂ©action favorable Ă  la date du 13 septembre. Elle invite tout de mĂȘme les responsables desdits Ă©tablissements Ă  ne pas appliquer ces nouvelles dispositions.

Elle rassure par ailleurs, dans sa circulaire, tous les parents, tous les Ă©lĂšves et Ă©tudiants, qu’elle reste Ă  leur cĂŽtĂ© et recommande aux parents dont les enfants sont affectĂ©s dans des Ă©tablissements catholiques conventionnĂ©s de laisser leurs enfants y aller.

 

Yaya Diomandé / Oméga Médias

Laisser un commentaire