🔮 Lutte contre la drogue : « Des champs de drogue identifiĂ©s Ă  PĂŽ et Ă  Fada » (Mahamadou Sana, ministre dĂ©lĂ©guĂ© chargĂ© Ă  la sĂ©curitĂ©)

0
2160

 

« Lutter contre la drogue, c’est lutter contre le terrorisme » a affirmĂ© le ministre dĂ©lĂ©guĂ© chargĂ© Ă  la sĂ©curitĂ©, Mahamadou Sana Ă  l’occasion de la 36Ăšme journĂ©e internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogue placĂ©e sous le thĂšme « dĂ©fis de la lutte contre la drogue dans un contexte de crise sĂ©curitaire et humanitaire ».
Le phĂ©nomĂšne « grandissant » de la toxicomanie inquiĂšte les acteurs en charge de la lutte contre la drogue au Burkina, surtout dans un contexte d’insĂ©curitĂ© et humanitaire difficile. A cet effet, le secrĂ©tariat permanent de lutte contre la drogue et le ministĂšre de l’administration territoriale de la dĂ©centralisation et de la sĂ©curitĂ© Ă©taient face Ă  la presse ce lundi Ă  Ouagadougou. Objectif, faire l’Ă©tat des lieux et procĂ©der Ă  l’incinĂ©ration des produits saisis des mains des trafiquants.

Cannabis, cocaĂŻne, hĂ©roĂŻne, alcool frelatĂ©, chicha et produits pharmaceutiques prohibĂ©s, d’un poids total de 33.26 tonnes sont partis en fumĂ©e, sous le regard du ministre dĂ©lĂ©guĂ© chargĂ© Ă  la sĂ©curitĂ©, Mahamadou Sana. SoulagĂ©, certes mais indignĂ© par le poids de ces produits nocifs.

«Le phĂ©nomĂšne de la toxicomanie est un flĂ©au qui endeuille de nombreuses familles. Lutter contre la drogue, c’est lutter contre le terrorisme » a laissĂ© entendre le ministre qui explique qu’il «y a une corrĂ©lation forte entre le trafic de drogue et le phĂ©nomĂšne de terrorisme». Ce sont des activitĂ©s connexes de soutenabilitĂ© au terrorisme et nous pensons que lutter efficacement contre la drogue, c’est de lutter contre le terrorisme a-t-il ajoutĂ©.

 

 

Au cours de cette confĂ©rence, le secrĂ©taire permanent du comitĂ© national de lutte contre l’abus et le trafic illicite de drogue, Emmanuel KaborĂ©, affirme avoir dĂ©couvert « des champs de drogue ».
« Des zones comme PĂŽ oĂč il y a vraiment des difficultĂ©s, on a pu identifier des champs de productions de ces drogues, on a des zones aussi comme Fada. Les lieux oĂč le dĂ©fi sĂ©curitaire est plus Ă©levĂ© c’est des lieux Ă©galement ou la drogue prolifĂšre ».

Pour stopper la production de la drogue, Emmanuel Kaboré a déclaré que des études sont en cours pour renforcer la lutte contre la consommation de la drogue à travers la sensibilisation et des opérations de maillages territoriaux pour les années à venir.

Au regard de l’ampleur du trafic de la drogue, le ministre dĂ©lĂ©guĂ© Ă  la sĂ©curitĂ© invite l’ensemble des populations Ă  dĂ©noncer tout cas d’abus et de trafic illicite, en apportant des renseignements. La JournĂ©e internationale contre l’abus et le trafic de drogues est cĂ©lĂ©brĂ©e chaque annĂ©e le 26 juin pour renforcer l’action et la coopĂ©ration en vue de parvenir Ă  un monde sans toxicomanie.

Moumouni Tamboura/Oméga médias

Laisser un commentaire