PROMOTION DE L’IDENTITÉ CULTURELLE : UN FORUM SE TIENT SUR LE FASO DAN FANI

0
204

Promotion de l’identité culturelle, et encourager le port du Faso Dan Fani. C’est l’objectif poursuivi par le ministère chargé du commerce. A cet effet, un forum est lancé ce vendredi 19 mai pour faire l’état des lieux et proposer des solutions pour l’essor de ce pagne. Le forum s’est tenu dans la salle de conférence de Ouaga 2000.

Les coûts élevés de production de ces pagnes traditionnels occasionnent une baisse de la consommation au détriment des produits importés. Ce qui pousse le ministre chargé de l’industrie ainsi que d’autres acteurs du développement à se pencher sur le thème  » la problématique de l’accessibilité financière du Faso dan fani au Burkina Faso.

Ce forum vise à apporter de nouvelles stratégies pour valoriser le port du pagne identifié culturelles en minimisant les coûts sur le marché et donc faire face à la compétition internationale.

Transformer, commercialisé et consommé le Faso dan fani. C’est l’essence de ce forum. Serge PODA, ministre chargé de l’industrie avec 200 participants et participantes du secteur, échange sur la valorisation et l’incitation à la consommation des produits made in Burkina, le Faso dan fani en particulier, qui peine à se relever, à cause des coûts élevés sur le marché, selon les organisateurs.

A en croire le ministre Serge Poda  » Le Burkina est l’un des pays les plus grands producteurs de coton avec une production annuelle de 500000 tonnes de coton graine. Cependant 3% de cette matière est transformé au plan national » Ce forum est l’occasion idéale de mettre en lumière les opportunités offertes par le Faso Dafani, tout en limitant les exportations à travers la mise du projet » consommons local » poursuit le ministre.

Et d’ajouter que la transformation stratégique de ce produit qu’est le coton par le textile et habillement en produits du textile artisanal contribue à apporter une réponse concrète à la problématique.

Des actions pour motiver les cotonculteurs, sont également un projet qui a fait l’objet d’échanges. D’un côté, il s’agira de mobiliser les investissements pour accélérer l’industrialisation et, de l’autre, valorisé et protégé la production textile artisanale locale, le Faso Dan Fani en particulier. Le Faso Dan Fani n’est pas que de la cotonnade  C’est un produit stratégique car il est un secteur qui promue l’emploi et de revenus pour des millions de jeunes et femmes qui participent à la transformation de l’or blanc dans l’habillement. Derrière ce pagne, il y a toute une économie, se réjouit Germaine COMPAORÉ, présidente de la chambre des métiers de l’artisanat du Burkina Faso.

13 artisanes représentant des 13 régions du Burkina ont tous reçu des attestations de reconnaissance en vue de les galvaniser davantage à la production. A la clôture de ce forum, les participants devront proposer, aux gouvernements, un plan pour sa mise en application, selon le ministre chargé du commerce Serge PODA.

Moumouni Tamboura/ Oméga médias

Laisser un commentaire