🔴 ALERTE – Déstabilisation de la Transition: Wendpouiré Charles Sawadogo blanchi, (Info Oméga)

0
2688

Aucune charge n’a été retenue contre Wendpouiré Charles Sawadogo dans le cadre de l’enquête sur une « suspicion de financement de l’extérieur pour déstabiliser la Transition », a confirmé, mercredi, à Oméga l’activiste lui-même. Ses appareils électroniques qui avaient été saisis par la Brigade Centrale de Lutte Contre la Cybercriminalité (BCLCC) suite à la perquisition à son domicile – pour des besoins de l’enquête – lui ont été remis.

Selon les informations de Oméga c’est hier mardi que la Brigade Centrale de Lutte Contre la Cybercriminalité a contacté l’avocat de M. Sawadogo pour lui remettre ses matériels.

« Tous mes matériels ont été remis et l’enquête sur suspicion de financement de l’extérieur pour déstabiliser la transition a été bouclée et aucune charge n’a été retenue contre moi », a indiqué à Oméga l’activiste.

Le 27 avril dernier, Wendpouiré Charles Sawadogo répondant à une convocation de la Brigade Centrale de Lutte Contre la Cybercriminalité a été par la suite placé en garde à vue. Il sera libéré quatre jours plus tard.

On reprochait à Wendpouiré Charles d’avoir reçu de l’argent de l’étranger pour déstabiliser la Transition.

« On m’a posé des questions sur mes publications sur les réseaux sociaux », avait affirmé à Oméga Wendpouiré Charles Sawadogo d’un ton calme et posé et ce, quelques heures après sa libération.

« On m’a demandé si j’ai reçu de l’argent d’un pays étranger pour déstabiliser la transition. J’ai dit non », avait-il indiqué.

Ses deux téléphones avaient été saisis sur place et son domicile perquisitionné. D’autres appareils électroniques avaient été aussi saisis là.

A sa libération, il avait reçu ses téléphones. Cependant d’autres appareils étaient toujours entre les mains des enquêteurs pour la suite de la procédure.

L’activiste disait ne pas savoir pourquoi il avait été dans le viseur des policiers de la brigade. « Je ne connais pas les raisons de cette interpellation (…) Je n’ai pas reçu de l’argent (…) Même si quelqu’un me proposait, jamais je ne le ferai (…) Jamais je ne vais déstabiliser la transition », avait déclaré Wendpouiré.

Depuis plusieurs années, Wendpouiré Charles Sawadogo publie des alertes sécuritaires concernant toute l’étendue du territoire. Il est suivi à ce jour par près de 300 000 followers. M. Sawadogo a été l’un des premiers activistes à alerter sur les tueries de Karma près de Ouahigouya le 20 avril et qui ont fait 147 morts selon les ressortissants et rescapés. L’activiste s’était indigné de la situation. « Non seulement l’horreur dépasse les limites mais aussi le silence est insupportable. Les coupables seront-ils identifiés ? Ou ça sera comme les précédentes enquêtes dont on ne connaît jamais la suite? Que Dieu nous aide », avait-il écrit.

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire