🔮 URGENT – La Correspondante de « LibĂ©ration » expulsĂ©e du Burkina

0
11602

La Correspondante du journal français « Libération » Agnes Faivre est expulsée du Burkina Faso. La journaliste a 24h pour quitter le pays. Elle part ce samedi.

Anges Faivre, Selon les informations de Oméga, a été sommée de quitter le Burkina. Son expulsion du territoire sous 24h lui a été notifiée verbalement vendredi nuit. La journaliste, toujours selon nos sources, devrait quitter le Burkina ce samedi soir.

Une expulsion qui est en rapport avec la derniĂšre enquĂȘte de « Libé » sur une « (
) vidĂ©o d’enfants exĂ©cutĂ©s tournĂ©e dans un camp militaire » bien que l’article ne porte pas le nom de Agnes Faivre.

D’ailleurs lundi, le gouvernement a dĂ©noncĂ© cet article du journal français qui porte, selon lui, des « accusations extrĂȘmement graves » contre les forces de dĂ©fense et sĂ©curitĂ© sĂ©curitĂ© BurkinabĂš.

« Sur la base d’interprĂ©tations orientĂ©es, de raisonnements approximatifs et de simulations douteuses, des journalistes de ce mĂ©dia accusent des militaires BurkinabĂš de s’en ĂȘtre pris Ă  des enfants dans une caserne militaire », pouvait-on lire dans le communiquĂ©.

Le gouvernement avait expliquĂ© que l’article en lui-mĂȘme contient les preuves du manque de professionnalisme de ces journalistes qui semblent n’avoir aucune connaissance de la rĂ©alitĂ© du terrain et de l’environnement dans lequel se mĂšne la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso et dans la bande sahĂ©lo-saharienne.

Le gouvernement disait ainsi « condamner fermement ces manipulations dĂ©guisĂ©es en journalisme pour ternir l’image du pays des hommes intĂšgres » et regrettant du mĂȘme coup, qu’un mĂ©dia d’une telle renommĂ©e puisse ainsi se laisser manipuler Ă  des fins politiques et gĂ©opolitiques au dĂ©triment des principes Ă©lĂ©mentaires du noble mĂ©tier de journaliste.

Plus tĂŽt lundi, le gouvernement a dĂ©cidĂ© de suspendre « sine die » la chaĂźne France 24 sur l’ensemble du territoire national. Le gouvernement reproche Ă  la chaĂźne française d’avoir donnĂ© la parole au chef d’Al-QaĂŻda au Maghreb islamique (AQMI), Abou Obeida Youssef al-Annabi.

La journaliste Agnes Faivre qui quitte le pays les prochaines heures travaillait pour « Libération » et « Courrier International ». Elle était installée au Burkina Faso depuis un an et demi.

 

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire