Journée de l’enfant africain : l’Unicef préoccupé par la santé nutritionnelle des enfants

Chaque 16 juin est célébrée dans le monde, la journée internationale de l’Enfant africain. Au Burkina Faso, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a célébré cette journée à Kaya dans la province du Sanmatenga et la région du Centre-Nord, en effectuant une visite de terrain dans un centre de santé dédié à la santé nutritionnelle de l’enfance et dans un camp de déplacés internes à Kaya. Avec son ambassadeur national de bonne volonté le rappeur Salif Louis Kiekieta plus connu sous le nom de scène de Smarty.

À l’occasion de la 46e journée internationale de l’enfant africain, l’UNICEF a décidé de s’intéresser à l’enfant souffrant de malnutrition et particulièrement aux enfants déplacées internes. Au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du secteur 06 de Kaya, la représentante de l’UNICEF au Burkina Faso Sandra Lattouf accompagnée de l’ambassadeur national de bonne volonté de l’Unicef, ont pu constater que plusieurs enfants souffrent de malnutrition souvent sévère. Pour Sandra Lattouf, représentante de l’UNICEF au Burkina Faso, il faut absolument réunir toutes les forces afin de venir en aide aux enfants souffrant de malnutrition. Elle ajoute que la crise alimentaire mondiale touche plus fortement les enfants en particulier ceux des pays en proie aux défis sécuritaires.

Ce centre de Kaya fait aussi tout type de prise en charge d’enfant malnutris. Pour Smarty, Ambassadeur national de bonne volonté de l’UNICEF au Burkina Faso, il faut agir pour réduire le taux de malnutrition au Burkina Faso et également agir à l’endroit des enfants vivant dans des camps de déplacés internes. « En tant que Burkinabè, on ne peut qu’être touché par la situation de ces enfants malnutris », a-t-il ajouté avant de préciser qu’il se sentait personnellement touché par les conditions de vie de ces enfants.

La journée de l’enfant africain est une journée internationale organisée chaque année, et ce depuis le 16 juin 1991 par l’Organisation de l’Unité Africaine, en souvenir du massacre de centaines d’enfants (à majorité des élèves noirs) lors d’une marche pour leurs droits à Soweto, banlieue noire située à 24 km au sud-ouest de Johannesburg en Afrique du Sud, par le pouvoir de l’Apartheid le 16 juin 1976.

Régis Boni

Laisser un commentaire