Burkina : contentieux avec la mairie de Ouagadougou, le cri de cœur de Alassane KOUANDA (Responsable des petites et moyennes entreprises)

0
279

Les faits remontent à 2003 quand l’entreprise Koncept service a signé un contrat avec la mairie de Ouagadougou pour porter secours aux voyageurs, lutter contre le grand banditisme et le transport mixte. Un contrat qui sera suspendu par la commune de Ouagadougou suite à des mésententes entre les transporteurs routiers et l’Etat. Après maintes tractations infructueuses, le président de la confédération générale des petites et moyennes entreprises Alassane Kouanda donne de la voix et ce, à travers une conférence de presse tenue le jeudi dernier. L’objectif de cette rencontre avec les journalistes est d’interpeller le maire de ouagadougou Armand Beouindé sur la nécessité de verser à l’entreprise Koncept service, son dû.
« Je suis le représentant des petites et moyennes entreprises je ne peux pas ne pas soulever ce problème afin que tout le monde reconnaisse sa part de responsabilité. Koncept service conformément à la loi exige à la mairie de Ouagadougou de payer sa part de préjudice qui s’élève à 900 200 000 FCFA. Maintenant quant aux astreintes qui s’élèvent à 455 000 000f CFA on peut en discuter pour trouver un terrain d’entente » explique le président de la confédération générale des petites et moyennes entreprises Alassane Kouanda.
Suite à la rupture de ce contrat entre Koncept service et la commune de Ouagadougou, les partenaires financiers à leur tour exigent de cette entreprise le remboursement de la somme de 1 milliard 500 millions de FCFA pour avoir emprunté 150 millions. Ce qui met Alassane KOUANDA dans une situation inconfortable et du reste pénible. « koncept service dans son devoir de réussir sa mission a pris un crédit avec une banque nationale du Burkina Faso maintenant que le contrat a été suspendu cette banque exige le remboursement de son crédit qui s’élève jusqu’à plus de 1 milliard. Mais il faut que la mairie nous paye pour que nous puissions faire face à nos charges. Nous demandons à la banque de jouer balle à terre » s’indigne Alassane Kouanda.
A cette conférence de presse, le président de la confédération générale des petites et moyennes entreprises rappelle que le protocole de règlement a été exécuté jusqu’en septembre 2014 mais le solde des impayés remonte encore à 287 500 000 FCFA. Fort de cela il en appelle à la bonne volonté de l’Etat et des banques en vue d’accompagner les entreprises qui luttent nuit et jour pour le développement économique du pays. Fondant son espoir sur la bonne volonté de la mairie, le président de la confédération générale des petites et moyennes entreprises se dit ouvert au dialogue en vue de trouver une issue favorable à cette situation qui n’a que trop duré.

Laisser un commentaire