Burkina: Santé publique : les déplacés internes et les militaires rescapés des attaques risquent un trouble mental

604

 

Dans le cadre de la surveillance de l’état de santé mentale de la population, une équipe d’enseignants-chercheurs a réalisé une étude relative au trauma et à l’état de stress post traumatique des populations spécifiques au Burkina Faso. La validation des résultats préliminaires de cette étude est intervenue, ce jeudi 25 février 2021. La recherche a été financée par Expertise France à travers le projet santé mentale.

 

Selon les chercheurs, le taux de prévalence des troubles mentaux est remarquable chez les groupes enquêtés. 95,55% des personnes déplacées interrogées à kongoussi, 42,85% des militaires enquêtés et 36,53% des populations riveraines de l’Etat Général des armées  souffrent de trouble mental.

« Nous recommandons au ministre de la santé, de créer à l’échelle nationale un dispositif d’aide médico-psychologique d’urgence et ce conformément aux recommandations du système des Nations Unies dans le souci d’améliorer la coordination des interventions immédiates, la création dans chaque CHU/CHR, une cellule d’urgence médico-psychologique composée de professionnels spécialistes en santé mentale formés à la psycho trauma et capables de se déployer dans la zone de couverture » déclare le Pr Arouna Ouédraogo.

« En ce qui concerne le ministère de la femme et de la solidarité nationale, nous recommandons que le ministre renforce la prise en charge sociale et l’accompagnement  juridique des différentes personnes déplacées internes en vue de prévenir la survenue du psycho trauma » ajoute-t-il en précisant que  pour le ministère en charge de la défense nationale, il propose  le développement du repérage systémique des syndromes psycho traumatiques chez les militaires ayant été confronté à  des situations traumatogènes.

 

 

 

Pour le Pr  Arouna Ouédraogo, le ministère de la défense nationale doit assurer la prise en charge la plus précoce possible et un suivi médico psychologique au long cours approprié des blessés psychiques du fait de leur activité professionnelle, mettre en place un système de surveillance épidémiologique des syndromes psycho traumatiques chez les militaires

 

L’objectif de l’étude est de Prévenir les troubles mentaux, et de cerner les désordres psychiques consécutifs à un traumatisme, chez les personnes déplacées ayant subi des pertes multiformes, les militaires rescapés de l’attaque terroriste de l’État-major Général des armées et des populations riveraines de l’État-major.

«  Nous sommes conscient aujourd’hui que le traumatisme après les évènements traumatisants, est aujourd’hui un problème de santé majeur , et mettre des données à la disposition des acteurs pour mieux orienter les interventions était une priorité dans ce projet et c’est pourquoi , nous avons décidé d’accompagner l’équipe de recherche » Selon le Dr Solange Ouedraogo, chargé de projet à  l’agence Expertise France.

 

La situation sécuritaire au Burkina est marquée depuis 2016 par des attaques terroristes, qui ont endeuillé des familles et jeter dans la rue de nombreuses populations ce qui   occasionne des traumatismes.

 

Djamila Topan

Laisser un commentaire