18 ans pour tous sans exception, c’est l’ambition que s’est fixé Save the children dans son combat contre le mariage des enfants. Pour une meilleure compréhension et surtout l’adhésion de tous, l’ONG Save the children a organisé vendredi 18 décembre à Ouagadougou un atelier avec ses bénévoles autour du thème : pourquoi 18 ans ?.

” Nous devons revoir les choses pour que l’enfant et particulièrement la jeune fille bénéficie de maximum de protection de survie et d’apprentissage. Ce que la coalition demande, n’est rien d’autre qu’une mise en phase de notre code par rapport aux engagements que le Burkina a pris au niveau international. Si vous avez signé des engagements qui vous contraignent à mettre fin au mariage d’enfants, vous ne pouvez pas, dans un texte aussi important qu’est le code des personnes et de la famille, laisser un vide qui tolère toujours la pratique du mariage des enfants” a indiqué Hubert Ouédraogo, Directeur du plaidoyer et de la communication à l’ONG Save the Children.

Pour lui, 18 ans c’est pour permettre aux enfants de se préparer et de se construire. ” 18 ans c’est une forme de reconnaissance que l’enfant n’a pas la maturité pour s’engager dans une union quelle qu’en soit la nature. Le deuxième niveau d’importance c’est que le Burkina a signé pas mal d’engagements où l’Etat s’engage à mettre fin au mariage d’enfant. Et l’Etat s’engage dans ces différents traités à fixer l’âge légal du mariage à 18 ans. Egalement 18 ans parce que nous estimons tout simplement que c’est l’âge autour duquel l’enfant tend vers la fin de ses études. Donc 18 ans c’est pour permettre aux enfants de pouvoir avancer, de se préparer et de se construire sereinement” Souligne Hubert Ouédraogo.

Selon les chiffres de l’ONG Save the children au Burkina, 52% de femmes ont été mariées avant l’âge de 18 ans, contre 3% pour les hommes. Et 10 sur 100 l’ont été avant leur 15 ans et même si des étapes ont été franchies au niveau de la révision du code des personnes et de la famille des efforts doivent être encore fournis.

Astride Nikiema

Laisser un commentaire