Plus de 120 milliards de Franc cfa, c’est le montant que le fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF) a octroyé à près de 2.300.000 femmes au Burkina. Le bilan a été fait vendredi lors d’une cérémonie de dédicace du grand livre des témoignages des bénéficiaires du FAARF, à la clôture des journées portes ouvertes de la structure.

Pour la ministre de la femme, cette cérémonie vise à faire une halte afin de faire le bilan des actions du FAARF et préparer les générations futures.

“Nous avons décidé de pouvoir mettre en place l’historique et mettre un instrument pour ceux qui vont venir après pour travailler et aller de l’avant. Nous l’avons dit quand nous avons pris ce département il faut construire sur ce qui a été fait. Consolider les acquis, améliorer les insuffisances et continuer c’est ce que nous avons fait” a indiqué la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire Laurence Marchal Ilboudo.

 

L’occasion a été belle pour la ministre de la femme de lancer un appel aux femmes. “Cette journée porte ouverte est pour dire à celles qui ne sont pas encore au FAARF d’être patiente. N’attendez pas d’avoir des besoins, n’attendez pas qu’on lance un projet pour dire que vous avez des besoins. Construisez-vous sur la base de vos propres besoins de vos propres projets, le FAARF est là pour vous” a-t-elle dit.

Pour la directrice générale son service a entrepris depuis 2 ans des actions visant à améliorer les services financiers octroyés aux femmes. “Il est important d’octroyer des crédits mais le plus important est de réaliser l’impact de ces crédits” a-t-elle ajouté.
Le FAARF comme son nom l’indique a pour mission principale de promouvoir l’accès des femmes au crédit, en leur accordant des prêts et en leur dispensant des formations qui permettent une meilleure gestion de leurs affaires. Et pour l’année 2020, le FAARF a octroyé plus de 14 milliards à 115 mille femmes sur tout le territoire.

Mohamed Nakanabo

Laisser un commentaire