Journalisme amateur: une centaine de jeunes se sont essayés au journalisme

42

Un concours dénommé ‘’journalisme amateur’’ voulu par l’association Jeunesse Vivante a regroupé 100 jeunes de 15 à 35 ans. Ces derniers ont bénéficié de plusieurs modules de formation sur le métier avant de prendre part à la compétition. Les meilleurs ont été récompensés le samedi 24 octobre 2020 à Koudougou

‘’Nous ambitionnons élargir la compétition aux journalistes professionnels de la région du Centre-Ouest les prochaines années après les expériences avec les amateurs de 2014 et 2020’’, envisage Sita Diallo, correspondante du journal le Quotidien à Koudougou et présidente de l’association Jeunesse Vivante.

‘’Journaliste amateur’’ est un cadre offert aux jeunes qui regardent de loin le travail des journalistes avec beaucoup d’intérêt et désirent s’essayer. ‘’Nous avons constaté que les jeunes aiment ce métier au regard de leurs agissements sur la toile, les réseaux sociaux. Malheureusement, ils n’ont pas toujours la chance d’avoir une formation sur ce métier, partant même de ma propre expérience. Je suis rentrée dans le métier sans passer par une école de formation. J’ai appris sur le tas. Nous avons estimé que nous pouvons donner l’opportunité à ces nombreux jeunes de s’initier à ce métier qu’ils aiment. Si un jour, ils doivent l’exercer qu’ils aient déjà des notions avec une petite expérience en la matière’’.

Sita Diallo et son équipe ont promis être aux côtés de ceux qui veulent continuer de se former. ‘’Nous allons les accompagner s’ils veulent pousser toujours leur curiosité et apprendre encore certaines choses sur le journalisme.  Nous avons déjà approché des confrères qui sont disposés à les recevoir en stage dans les organes.  Après la première édition de 2014, certains participants ont même intégré des organes à Koudougou, après un stage’’, avoue la présidente de l’association de l’association Jeunesse Vivante.

Le ministre Harouna Kaboré a encouragé les initiateurs pour cette approche envers la jeunesse qui a découvert des rudiments du journalisme. ‘’Dans les différentes formations, les jeunes ont traité des questions liées aux réseaux sociaux, aux fondamentaux du journaliste et autres. Cette façon de faire permet aux uns et aux autres d’avoir l’envie de s’orienter dans le journalisme. Le mérite revient à l’association. On se donnera les moyens de l’accompagner afin qu’elle puisse continuer à réaliser ses activités. Je fonde l’espoir que d’ici quelques années on va retrouver dans les médias des acteurs de ce concours’’, soutient le ministre.

Un ordinateur, une tablette et un smartphone et des prix spéciaux ont été partagés entre les quatre premiers de cette compétition.

Sabouna Ouédraogo

Laisser un commentaire