🔮 ProcĂšs #CGTB vs #AdamaSiguirĂ© : fin des dĂ©bats, dĂ©libĂ©rĂ© pour le 6 mai

0
1740

L’écrivain et militant Adama SiguirĂ© a maintenu sa position ce mardi lors de son procĂšs contre la CGTB, en affirmant que « Si la CGTB communique, nous aussi on va communiquer ». AccusĂ© de diffamation et d’injures publiques Ă  l’encontre de la CGTB et de son secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral Moussa Diallo, Adama SiguirĂ©, se rĂ©clamant « Soldat de la communication de guerre », s’est une fois de plus affichĂ© confiant face aux juges au Tribunal de Grande Instance de Ouaga 1.

Ses avocats, partageant la mĂȘme assurance que lui, estiment que la rĂ©quisition de 3 mois de prison avec sursis et une amende de 500 000 francs CFA formulĂ©e par le parquet Ă©tait une « Ă©vidence ». Selon Me Hamed Mamane, conseil du prĂ©venu, la thĂ©orie du complot de dĂ©stabilisation Ă©voquĂ©e par son client a Ă©tĂ© corroborĂ©e par l’autoritĂ© exĂ©cutive Ă  travers des communications. Ainsi, « Le Tribunal n’aura pas besoin d’aller au fond », dit-il.

Pourtant, les infractions de « diffamation et d’injures publiques sont constituĂ©es », estime Me ProspĂšre Farama, avocat de la partie civile, qui dĂ©plore que l’accusĂ© se cache derriĂšre une stratĂ©gie de « faux-fuyants qui ne le grandit pas ». « Il est dans la mauvaise foi absolue » et tente, toujours selon Me Farama, de se faire passer pour une victime politique.

Et si l’accusĂ©, Adama SiguirĂ©, a maintes fois rappelĂ© que le Burkina vit une guerre et que lui est un « Soldat de la communication de guerre », Me Farama interroge : « Est-ce que nous en tant de guerre j’ai le droit d’insulter le PrĂ©sident, de diffamer mon voisin ? ». « La guerre ne justifie pas qu’on mente », dĂ©clare l’avocat en interview aprĂšs sa plaidoirie.

Toutes les parties ayant plaidĂ© ce mardi, la PrĂ©sidente du Tribunal a renvoyĂ© l’audience pour un dĂ©libĂ©rĂ© le 6 mai prochain.

 

Yaya Diomandé / Oméga Médias

Laisser un commentaire