Protection de l’enfance : la phase 1 du programme ARPEJ enregistre un taux de réalisation de 97 %, selon SOS village d’Enfants

0
2699

L’ONG SOS village d’enfants a dressé le bilan de la mise en œuvre de la phase 1 du projet « Approche Régional pour la Protection de l’Enfance et de la Jeunesse » (ARPEJ) dont l’objectif est de renforcer la réalisation des droits de l’enfant en améliorant la prise en charge et la protection des filles et garçons en situation de vulnérabilité. La présentation du bilan s’est déroulée le 21 mars 2024 à Bobo Dioulasso au cours d’un atelier.

Après trois années de mise en œuvre dans les villages de Barè et de Gnamadougou dans la région des Hauts Bassins, la phase 1 du projet « Approche Régional pour la Protection de l’Enfance et de la Jeunesse » (ARPEJ) enregistre un bilan assez satisfaisant, selon Adama Diallo, manager du programme. « Nous sommes au-delà de 97 % du taux de réalisation. Quand vous arrivez au niveau des communautés, vous vous rendrez compte qu’il y a eu un changement en termes de comportement, en termes de conditions de vie. Donc, du coup, on pourrait dire que le projet a joué sa partition », a-t-il déclaré.

Plusieurs réalisations à l’actif du projet

De façon concrète, plusieurs activités ont été menées dans le cadre de la mise en œuvre de la phase 1. A ce titre, il y a eu des sensibilisations sur le respect des droits des enfants, des actions de promotion de la cohésion au sein des familles au sein des familles ainsi que des actions de lutte contre les violences faites aux enfants. Des formations sur les actions à mettre en œuvre pour impliquer les enfants à leur propre protection ont également eu lieu. Il y a également eu des soutiens économiques à travers les activités génératrices de revenus que les familles ont pu réaliser et des activités génératrices de revenu (AGR) de façon collective. À Barè par exemple, nous avons réalisé un jardin potager et à Gnamadougou, une porcherie, a expliqué Adama Diallo.

Une initiative saluée par les bénéficiaires

Célestin Sanou, résidant à Barè dans la région de la Boucle du Mouhoun est l’un des bénéficiaires du projet. Il dit avoir reçu des appuis matériels ce qui lui a permis de fructifier ses revenus. « J’ai été doté en matériels d’élevage, notamment les tôles et les grillages des poussins. Après dix mois d’activité, j’ai engrangé beaucoup de revenus et cela m’a permis de soutenir ma famille, également de prendre en charge la scolarité de mes frères et sœurs. Cela m’a permis aussi d’agrandir mon poulailler et de diversifier mes activités. Je suis sur le point d’ouvrir mon propre secrétariat grâce au projet ARPEJ », a-t-il déclaré.

Rémi Sanou un autre bénéficiaire du projet résidant à Gnamadougou dit avoir beaucoup appris en matière de respect des droits de l’enfant. « Chez nous, on ignorait trop les droits des enfants, mais à travers le projet ARPEJ, on arrive maintenant à bien entretenir les enfants sur côté éducatif, sanitaire et alimentaire », a-t-il indiqué.

A lire aussi : Burkina : SOS villages d’enfants lance le programme « YouthCan ! » pour faciliter l’employabilité des jeunes

Le projet d’approche régionale pour la protection de l’enfance et de la jeunesse est un projet sous régional qui existe dans trois pays à savoir, le Togo, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Il vise à promouvoir le respect et la protection des droits de l’enfant de façon générale.

N’Diaye Ouédraogo/Sanou Oméga média Bobo Dioulasso

Laisser un commentaire