🔮 Les pays de l’AES discutent de confĂ©dĂ©ration Ă  Ouagadougou

0
578

Des ministres des trois pays de l’Alliance des États du Sahel (AES) examinent ce jeudi Ă  Ouagadougou un traitĂ© de crĂ©ation d’une ConfĂ©dĂ©ration Burkina Faso – Mali – Niger.

«Il n’y a pas de frontiĂšres entre nos pays », a dĂ©clarĂ© le chef de la dĂ©lĂ©gation burkinabĂš, le ministre Kassoum Coulibaly, qui s’affiche dans son discours introductif, convaincu quant Ă  la fiabilitĂ© du processus.

«Nous sommes sur la bonne voie, et nous devons poursuivre sereinement (
) nous construirons des nations fortes et prospĂšres, basĂ©es sur des valeurs d’équitĂ©, de justice et de dĂ©veloppement harmonieux pour le bonheur des populations », a indiquĂ© le GĂ©nĂ©ral de Brigade Kassoum Coulibaly, ministre d’Etat burkinabĂš.

Et selon les participants à la réunion de Ouagadougou, cette rencontre représente une occasion de franchir un pas supplémentaire dans la poursuite de la mise en place des instruments, mécanismes et procédures de notre alliance.

« La prĂ©sente rĂ©union nous permettra de mettre en place une architecture institutionnelle de l’AES », indique le GĂ©nĂ©ral de Salifou Modi, chef de dĂ©lĂ©gation du Niger.

Il s’agit d’un « tournant majeur » avait signifiĂ© le chef de la dĂ©lĂ©gation malienne, le Colonel Abdoulaye MaĂŻga, Ă  son arrivĂ©e Ă  Ouagadougou. À l’ouverture de la rĂ©union, le ministre d’État malien, Abdoulaye MaĂŻga a relevĂ© des succĂšs sur le plan sĂ©curitaire et politique ainsi que sur le plan de l’intĂ©gration qu’a enregistrĂ© l’Alliance des trois pays du Sahel.

Cette rĂ©union des ministres de l’AES intervient aprĂšs l’annonce des trois pays, le 28 janvier dernier, de quitter « sans dĂ©lai » la Cedeao qu’ils estiment ĂȘtre « sous l’influence de puissances Ă©trangĂšres ».

Yaya Diomandé / Oméga Médias

Laisser un commentaire