🔮 URGENT – Le gouvernement suspend le journal français Le Monde

0
3163

Le gouvernement BurkinabĂš a dĂ©cidĂ©, dit-il, « en toute responsabilitĂ© de la suspension de tous les supports de diffusion du journal Le Monde au Burkina Faso Ă  compter de ce samedi 2 dĂ©cembre 2023 ». Le gouvernement s’indigne d’un article qu’il qualifie de « tendancieux » publiĂ© sur le site du journal Le Monde et intitulĂ© : « Au Burkina, la propagande fait rage aprĂšs l’attaque djihadiste sur Djibo ».

Dans le communiquĂ© signĂ© par le porte-parole du gouvernement Jean Emmanuel OuĂ©draogo, le gouvernement dit ĂȘtre « outrĂ© par la publication ce vendredi 1er dĂ©cembre 2023 d’un article tendancieux sur le site du journal Le Monde intitulĂ© : Au Burkina, la propagande fait rage aprĂšs l’attaque djihadiste sur Djibo ».

« Dans un exercice d’équilibrisme intellectuel, le journal tente de renvoyer dos Ă  dos l’Etat burkinabĂš et les hordes de terroristes qui ont attaquĂ© Djibo le 26 novembre dernier, mais cache mal son penchant pour ces Hommes sans foi ni loi qui violent, pillent et tuent d’innocentes populations en lĂ©gitimant le discours et propagande terroristes », peut-on lire dans le communiquĂ©.

Le gouvernement explique que « contrairement Ă  ce qu’affirme de façon pĂ©remptoire le journal Le Monde, jamais [il (gouvernement)] ne s’est enfermĂ© dans une logique de propagande dans la guerre que nous menons contre le terrorisme. Bien au contraire il s’est toujours fait le devoir de tenir un langage de vĂ©ritĂ© aux populations sur la conduite de la lutte contre le terrorisme, et sa communication sur les Ă©vĂšnements de Djibo n’a pas dĂ©rogĂ© Ă  cette rĂšgle d’éthique de la gouvernance ».

Le gouvernement trouve « regrettable que Le monde tente de vendre Ă  l’opinion l’idĂ©e d’une guerre des chiffres dans ce qui a Ă©tĂ© une victoire sans ambigĂŒitĂ© des Forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ© ainsi que des Volontaires pour la dĂ©fense de la Patrie (VDP) sur les forces du mal. Sans doute que la logique du journal obĂ©it Ă  des desiderata qui dĂ©passent notre entendement mais qui expliquent pourquoi il s’autorise Ă  prendre des libertĂ©s avec la rĂ©alitĂ© des faits et trahit son devoir de vĂ©ritĂ© vis-Ă -vis du public »,

« Le peuple burkinabĂš est Ă  une Ă©tape charniĂšre de sa lutte pour son indĂ©pendance et sa souverainetĂ© et le Gouvernement comprend la fĂ©brilitĂ© des officines occultes de soutien Ă  tous ces pseudo djihadistes qui, faute de succĂšs militaires, tentent par les mots de transformer des dĂ©faites cuisantes en victoire », prĂ©cise le gouvernement ajoutant: « que dire du discours mĂ©diatique assimilant nos vaillants VDP, ces patriotes insurgĂ©s contre l’oppression et la barbarie, Ă  de vils miliciens, sinon qu’il s’agit d’une expression de mĂ©pris vis-Ă -vis de notre peuple et de son combat hĂ©roĂŻque contre son asservissement et pour la liberté ».

AssurĂ©ment, indique le gouvernement, « dans ce combat qui engage l’avenir de [la] nation, le journal Le Monde a choisi son camp ».

« FidĂšle Ă  son engagement pour la cause du Burkina et la dĂ©fense de ses intĂ©rĂȘts vitaux, le Gouvernement a dĂ©cidĂ© en toute responsabilitĂ© de la suspension de tous les supports de diffusion du journal Le Monde au Burkina Faso Ă  compter de ce samedi 2 dĂ©cembre 2023 », a annoncĂ© le gouvernement.

Le gouvernement dit appeler « les populations Ă  rester sereines et Ă  ne pas se laisser divertir par des esprits perfides enveloppĂ©s sous le manteau de la presse et qui n’ont pour seul but que de semer le doute et la confusion dans l’opinion ».

Début avril, le gouvernement avait déjà Sophie Douce la correspondante du journal Le Monde et Agnes Faivre, une correspondante de Libération.

Fin mars, il a suspendu France24. Bien avant, en décembre 2022, le signal de la radio France internationale a été coupé.

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire