🔴 Réforme du CSC : RSF inquiet quant à « l’instrumentalisation de l’organe »

0
923

Reporters sans frontières (RSF) a relevé dans une note publiée mardi « le risque d’instrumentalisation » dont pourrait faire l’objet le Conseil supérieur de la communication (CSC) au Burkina Faso, à travers la récente loi organique portant sur le fonctionnement de l’organe de régulation.

Ce texte, entériné le 21 novembre dernier par les membres de l’Assemblée législative de Transition, confère au Chef de l’État le pouvoir de choisir le Président du CSC, auparavant désigné par le collège des conseillers de l’institution. Il est également prévu le contrôle par le CSC des contenus des publications des blogueurs, des web-activistes, des influenceurs, ou de tout internaute disposant d’au moins 5 000 abonnés, amis, ou followers.

Une réforme inquiétante selon RSF, organisation internationale de défense de la liberté d’expression. « Le risque d’instrumentalisation de l’organe de régulation n’a jamais été aussi important« , alerte le responsable Afrique subsaharienne de RSF, Sadibou Marong.

« Tout est désormais en place pour que l’exécutif puisse sanctionner les journalistes, médias, mais aussi les influenceurs selon son bon vouloir », soutient Sadibou Marong.

Reporters sans frontières rappelle la décision « illégale et arbitraire » du gouvernement de suspendre la diffusion des programmes de Radio Omega jusqu’à nouvel ordre, en lieu et place du CSC, institution de régulation, appelle le chef de l’État à ne pas promulguer ce texte en l’état et à le modifier afin de garantir l’indépendance du CSC, avant de le renvoyer à l’Assemblée.

 

 

Yaya Diomandé / Oméga médias

Laisser un commentaire