🔴 5ème rencontre nationale État / secteur privé : la question du foncier au centre des réflexions

0
1086

Le Cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue État/ secteur privé (CODESP) 2023 a démarré, lundi, à Bobo Dioulassso. Le coup d’envoi des travaux a été donné à la maison de la culture Anselme Titiama Sanon par le ministre du Développement industriel du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises. Les discussions se tiennent autour du thème « le rôle du foncier dans la promotion de l’investissement productif au Burkina Faso ».

Il s’agira au cours de cette rencontre, de se pencher sur les nombreux défis à relever par le Burkina pour ce qui concerne le foncier, à travers des axes stratégiques clairement définis. Les recommandations qui sortiront de ces échanges permettront de dégager des pistes de solutions idoines aux problèmes liés à l’accès au foncier pour la réalisation des investissements productifs.

« La question du foncier est un capital important pour tout type d’investissement politique. Nos échanges porteront principalement sur ce thème afin de nous permettre de formuler des recommandations qui pourront résoudre de façon profonde cette question fondamentale, qui est une difficulté à laquelle fait face tout investisseur qui viendrait au Burkina Faso pour réaliser des projets », a expliqué le ministre du Commerce, Serge Poda.

C’est donc une occasion pour les acteurs du secteur privé d’exposer leurs préoccupations en lien avec le thème retenu et les sous thèmes en vue d’y apporter des réponses pertinentes.

« Depuis plus de 10 ans, la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina a un projet qui est la délocalisation du port sec de Ouagadougou que nous appelons Ouaga Inter. Nous avons l’argent, nous avons fini les plans et tout ce qu’il faut comme études mais nous avons des difficultés pour réaliser ce grand projet qui va booster notre économie. Pourquoi ? Parce que tout simplement nous avons des spéculateurs qui s’amusent à prendre des terrains et à vouloir nous les vendre à des milliards au détriment des paysans, de notre économie et du secteur privé. Et ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres (…) C’est au vu de cela, que nous apprécions la loi qui a été voté », a affirmé Mahamady Sanoh deuxième Vice-Président de la Chambre du commerce et d’industrie du Burkina Faso.

Pour, Mirabelle Poda, transformatrice des fruits et légumes, ce cadre de dialogue revêt un intérêt pour le développement ses activités.

« Le foncier nous pose énormément de problème. La plupart du temps, les industries de transformation de mangue sont dans des zones d’habitation et cela joue forcement sur notre rentabilité. On aimerait lancer un appel pour pouvoir obtenir une zone adéquate à coût abordable afin d’y installer notre entreprise », relève Mirabelle Poda.

En marge des échanges, sera développé le thème « lutte contre la flambée des prix des produits de grande consommation au Burkina Faso : mesures prises et perspectives ». Le thème principal se décline en deux sous thème à savoir : « quel partenariat public-privé pour l’aménagement des zones industrielles, des pôles de croissance et des plateformes économiques » et « optimisation de la politique foncière pour des investissements productifs durable dans un contexte de défis sécuritaire ».

La rencontre se tient les 3 et 4 juillet 2023 à Bobo Dioulassso.

 

Ndiaye Ouedraogo – Sanou / Oméga Médias

Laisser un commentaire