🔮 [EXCLUSIF] – Changement de lieu de dĂ©tention Ă  la MACO pour Marcel, Lota, Guinko, ZaĂŻda, Lookman, Alain Alain

0
5697

Des leaders d’organisations de la sociĂ©tĂ© civile Marcel Tankoano, Abdoul Karim Baguian dit Lota, DĂ©sirĂ© Guinko, Pascal ZaĂŻda, Boukari Conombo et des journalistes Lookman Sawadogo de la tĂ©lĂ©vision LCA et Alain Alain de OmĂ©ga mĂ©dias – qui ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©s, jeudi 25 mai, Ă  la Maison d’arrĂȘt et de correction de Ouagadougou (MACO) – ont changĂ© de lieu de dĂ©tention, a confirmĂ© Ă  OmĂ©ga un des avocats de ces prĂ©venus. OmĂ©ga mĂ©dias, en exclusivitĂ©, annonçait, samedi, des « conditions difficiles » d’incarcĂ©ration de ces personnes inculpĂ©es dans le dossier dĂ©sormais dĂ©nommĂ© « Marcel Tankoano et autres » du supposĂ© incendie du palais du Mogho Naaba, roi des mossĂ©, Ă  travers des audios.

Selon les informations de OmĂ©ga, ces leaders d’OSC et les deux journalistes qui Ă©taient dĂ©tenus dans un premier temps au « bĂątiment annexe », puis au « grand bĂątiment » de la maison d’arrĂȘt ont changĂ© de lieu de dĂ©tention. Ils se trouvent, selon nos sources, depuis dimanche au Quartier d’amendement (QA). Un lieu oĂč, prĂ©cise un avocat, les conditions d’incarcĂ©ration sont plus acceptables. « Ils se sentent mieux et dignes ici », ajoute-t-il.

Mieux, ce lundi, explique un autre conseil, une dĂ©lĂ©gation de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) est passĂ©e pour s’en quĂ©rir des conditions de dĂ©tention des personnes inculpĂ©es dans ce dossier.

A ce jour, les 9 personnes dĂ©posĂ©es Ă  la MACO se portent bien. DĂ©sirĂ© Guinko qui avait fait un malaise – au regard de sa difficile condition de dĂ©tention – s’est remis et se porte mieux mĂȘme s’il continue de consulter Ă  l’infirmerie de la maison d’arrĂȘt. Selon nos informations, ils sont d’ailleurs plusieurs chaque matin Ă  se rendre dans cette formation sanitaire elle-mĂȘme en souffrance, peu Ă©quipĂ©e en mĂ©dicaments.

Mais notre source indique que le journaliste et animateur de OmĂ©ga mĂ©dias Alain Alain a des difficultĂ©s pour marcher. Il s’agit, selon la source, d’un mal de genou qui s’est rĂ©veillĂ© en dĂ©tention. Il faut le tenir pour qu’il puisse marcher. Il a besoin de bĂ©quilles », affirme-t-elle.

Autre difficultĂ© pour ces personnes dĂ©tenues. Les visites sont filtrĂ©es. Pratiquement, dĂ©plore un avocat, seuls les membres de la famille, ceux qui apportent Ă  manger et quelques rares personnes sont autorisĂ©s. « On a l’impression que le procureur ne veut pas que leurs proches, leurs amis puissent les rencontrer », a-t-il relevĂ©.

Les chefs d’inculpation

A ce jour, OmĂ©ga a davantage de prĂ©cisions sur les diffĂ©rents chefs d’inculpation des leaders d’OSC et des journalistes poursuivis dans cette affaire. Trois charges pĂšsent sur l’ensemble du groupe. Il s’agit de l’incitation Ă  attroupement, de la mise en danger de la vie d’autrui et de la complicitĂ© par non dĂ©nonciation de dĂ©lit.

Les deux journalistes, Alain Alain et Lookman Sawadogo sont inculpés pour complicité.

Marcel Tankoano, le prĂ©sumĂ© cerveau du « complot », lui en plus des trois charges, se voit attribuer un dernier chef d’inculpation, celui de la divulgation de fausse information. Depuis sa garde Ă  vue, il a Ă©tĂ© auditionnĂ© au moins Ă  quatre reprises et confrontĂ© Ă  au moins deux tĂ©moins Ă  la Division des investigations criminelles (DIC), avait indiquĂ© un de ses avocats estimant qu’il ne s’agit que d’un acharnement. « C’est un montage grotesque. Il y a eu beaucoup de mensonges et de manipulations. Les enquĂȘteurs n’ont jamais pu trouver l’auteur de l’audio incriminant nos clients », avait dĂ©plorĂ© l’avocat.

Le jugement, selon les informations de OmĂ©ga, qui Ă©tait prĂ©vu pour le 3 juin prochain ne pourra pas se tenir Ă  cette date. Un des avocats a expliquĂ© que le dossier, volumineux selon le procureur, ce dernier le met en l’état – jargon judiciaire qui veut dire que toutes les piĂšces du dossier ne sont pas rĂ©unies – pour pouvoir le juger. « Une nouvelle date doit ĂȘtre fixĂ©e », prĂ©cise l’avocat.

Lamine Traoré, Oméga médias

Laisser un commentaire