🔮 « Le territoire du Niger, fait six fois le territoire du Burkina », (Mohamed Bazoum)

0
4803

Le PrĂ©sident du Niger Mohamed Bazoum, dans une interview exclusive, accordĂ©e vendredi au Journal Jeune Afrique s’est rĂ©joui de son bilan sĂ©curitaire de mi-mandat. Selon Bazoum, le Niger fait six fois le Burkina Faso, en plus les deux pays, le Burkina et le Mali ne sont ni voisins de la Libye, ni voisins du Nigeria oĂč la surveillance des frontiĂšres peut ĂȘtre dĂ©terminante.

« Nous de savoir que nous avons un État qui tient et qui soit respectĂ©, c’est un motif de satisfaction », a dĂ©clarĂ© le PrĂ©sident Mohamed Bazoum.

Il explique que le territoire du Niger, figurez-vous insiste-t-il, fait six fois le territoire du Burkina Faso.

« Nous avons Boko Haram et la région de Diffa. Nous avons les menaces sur notre frontiÚre dans la région de Maradi », explique M. Bazoum et de poursuivre que le Burkina ou le Mali ne sont ni voisins de la Libye, ni voisins du Nigeria. « Comme quoi, nous nous avons plus de vulnérabilité », affirme-t-il.

« Nous avons des motifs rĂ©els de considĂ©rer que nous ne nous en sortons pas mal, rien que d’assurer la sĂ©curitĂ© de notre territoire, d’assurer la pĂ©rennitĂ© de nos institutions et de crĂ©er un cadre propice aux investissements », a ajoutĂ© le PrĂ©sident Mohamed Bazoum.

Toujours dans cet entretien exclusif, vendredi, dans le journal Jeune Afrique, le PrĂ©sident nigĂ©rien s’est exprimĂ© sur l’emploie des Volontaires pour la dĂ©fense de la patrie (VDP) au Burkina et la stratĂ©gie de lutte contre le terrorisme dans son ensemble.

Il avait estimĂ© que l’emploie de ces VDP n’était pas fonctionnelle. Mohamed Bazoum a aussi indiquĂ© que les groupes terroristes dans la rĂ©gion sont plus puissants et mieux entraĂźnĂ©s que les forces armĂ©es rĂ©guliĂšres, et que les civils ne peuvent pas faire face Ă  cette menace.
« Si c’Ă©tait fonctionnel, cela aurait Ă©tĂ© notre action propre. Ces terroristes sont plus forts que nos armĂ©es, ils sont plus aguerris que nos armĂ©es et des civils ne peuvent pas leur faire face », avait dĂ©clarĂ© Mohamed Bazoum.

« Quand vous donnez des armes Ă  des civils, vous ĂȘtes exposĂ©s Ă  deux types de risques. Le risque qu’ils soient une proie que les terroristes viseraient dĂ©libĂ©rĂ©ment avec des intentions cruelles, vous les exposez et deviennent de la chair Ă  canon. L’autre risque vient du fait qu’ils ne sont pas militaires et vous n’avez aucune idĂ©e de leur moralitĂ© individuellement. Vous donnez Ă  des civils que vous ne connaissez pratiquement pas des armes et vous les lĂąchez dans la nature, ils peuvent en abuser. Malheureusement aujourd’hui on en voit le rĂ©sultat », avait expliquĂ© dans l’entretien le PrĂ©sident Bazoum.

le gouvernement BurkinabĂš a aussitĂŽt rĂ©agi, samedi, au lendemain de l’entretien. Le porte-parole du gouvernement BurkinabĂš a qualifiĂ© de « malheureux » que le PrĂ©sident Bazoum affirme que les terroristes sont plus forts et plus aguerris que nos armĂ©es. « C’est vraiment malheureux dans le contexte qui est le nĂŽtre qu’un chef d’Etat estime que des hordes de terroristes sont plus aguerris », a dĂ©plorĂ© Jean Emmanuel OuĂ©draogo, le porte-parole du gouvernement.

Ces déclarations de Mohamed Bazoum viennent davantage détériorer les relations entre Ouagadougou et Niamey qui avaient pris un coup aprÚs la sortie du Général de Division, Mahamadou Tarka en avril dernier.

Ce haut gradĂ© de l’armĂ©e nigĂ©rienne avait prĂ©dit un « rĂ©veil douloureux » aux autoritĂ©s burkinabĂš et maliennes qui selon lui se « gargarisent de slogans creux et font la guerre Ă  coup de communiquĂ©s mensongers et de propagande sur les rĂ©seaux sociaux ».

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire