🔮 Karma : Human Rights Watch appelle l’Union africaine et l’ONU Ă  s’assurer que l’enquĂȘte « soit crĂ©dible et indĂ©pendante » (CommuniquĂ©)

0
983

 

 

L’organisation de dĂ©fense des droits humains, Human rights watch, a appelĂ©, jeudi, l’Union africaine et l’ONU Ă  suivre l’enquĂȘte sur les exactions de Karma ayant causĂ© selon Human rights watch la mort d’au moins 156 civils.

 

« Compte tenu de la gravitĂ© des crimes, le gouvernement devrait solliciter la coopĂ©ration et l’assistance de l’Union africaine et de l’ONU pour mener Ă  bien son enquĂȘte », a proposĂ© la Directrice adjointe de la division Afrique Ă  Human rights watch, Carine Kaneza Nantulya.

 

AprĂšs l’attaque de Karma – dĂ©partement de Barga, province du Yatenga (Nord), une quinzaine de kilomĂštres de Ouahigouya –, le 20 avril, 136 corps ont Ă©tĂ© enterrĂ©s le 27 avril, avaient annoncĂ© OmĂ©ga MĂ©dias puis confirmĂ©, jeudi par le PrĂ©sident Ibrahim TraorĂ©, lors d’un entretien diffusĂ© Ă  la tĂ©lĂ©vision nationale.

 

Une enquĂȘte est en cours, avait annoncĂ© le procureur prĂšs du tribunal de grande instance de Ouahigouya, le 23 avril dernier. Et le gouvernement a rassurĂ©, dans un communiquĂ© le 27 avril, qu’il fera absolument tout ce qui relĂšve de ses prĂ©rogatives pour la manifestation totale de la vĂ©ritĂ© dans ce drame.

 

Appelant l’Union africaine et l’ONU Ă  suivre cette enquĂȘte, la Directrice adjointe de la division Afrique Ă  Human rights watch, Carine Kaneza Nantulya estime que « le massacre de Karma sera encore plus dĂ©vastateur si les autoritĂ©s burkinabĂš ne respectent pas leur engagement Ă  veiller Ă  ce que l’enquĂȘte (
) soit approfondie et indĂ©pendante, et aboutisse Ă  des poursuites impartiales ».

 

L’ONU, par la voix du porte-parole de son dĂ©partement aux droits humains, Ravina Shamdasani, avait Ă©galement appelĂ©, le 25 avril dernier,  Ă  l’ouverture d’une enquĂȘte indĂ©pendante pour faire la lumiĂšre sur cette tuerie.

 

La porte-parole, Ravina Shamdasani, avait  par ailleurs invitĂ© les autoritĂ©s burkinabĂš Ă  rendre publiques les conclusions des enquĂȘtes sur les prĂ©cĂ©dentes attaques contre des civils attribuĂ©es aux forces armĂ©es et aux VDP, en citant notamment l’attaque du 9 novembre 2022 dans le Soum et celle de Nouna en fin dĂ©cembre 2022 qui ont fait  respectivement au moins 50 et 28 civils tuĂ©s.

 

Les Forces de défense et de sécurités ont été à plusieurs fois citées par les rescapés de Karma, comme auteurs du massacre.

« Nous […] n’avons aucun doute qu’il s’agit des FDS qui ont Ă©tĂ© auteurs de ce carnage. Nous ne sommes pas dupes, nous connaissons bien nos Forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ© », a dĂ©clarĂ© un groupe d’habitants et survivants de Karma, le 29 avril lors d’une confĂ©rence de presse Ă  Ouahigouya.

 

Pour le Président de la Transition, le capitaine Ibrahim Traoré, il faut éviter « les conclusions hùtive ».

 

« Il faut Ă©viter d’accuser sans savoir ce qui s’est passĂ© », car « tout est possible », a-t-il signifiĂ© jeudi, lors d’un entretien diffusĂ© Ă  la tĂ©lĂ©vision nationale. Selon lui, les accusations Ă  l’encontre des FDS constituent une maniĂšre de « casser le morale » des forces engagĂ©es dans la lutte contre l’extrĂ©misme violent.

 

Yaya Diomandé / Oméga Médias

Laisser un commentaire