🔮 ALERTE – Marcel Tankoano interpellĂ© par la police, (Info OmĂ©ga)

0
4260

Le militant de la sociĂ©tĂ© civile Marcel Tankoano, PrĂ©sident du M21 a Ă©tĂ© interpellĂ© ce vendredi par la police nationale, a pu confier Ă  OmĂ©ga l’intĂ©ressĂ© lui-mĂȘme.

Selon les informations de  Oméga, Marcel Tankoano a été interpellé vendredi matin et conduit au Service Régional de la Police Judiciaire (SRPJ), situé dans le quartier wemtenga à Ouagadougou.

Le militant dit ne pas savoir pour l’heure ce qu’on lui reproche.

« Pour le moment on m’a gardĂ© dans une salle. Ils disent que c’est le commissariat central qui a besoin de moi », a prĂ©cisĂ© le PrĂ©sident du M21.

Aux derniĂšres nouvelles, Marcel Tankoano a Ă©tĂ© conduit Ă  la Division des Investigations Criminelles (DIC). Un service de Police Judiciaire relevant de la Direction de la Police Judiciaire (DPJ) de la Direction GĂ©nĂ©rale de la Police Nationale (DGPN). La DIC traite des affaires de crime de sang et de crime Ă©conomique, voire les affaires dites sensibles qui touchent l’Etat dans son ensemble.

Marcel Tankoano s’était fait rare depuis la chute du lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba dont il Ă©tait un des soutiens. Il avait d’ailleurs lancĂ©, en aoĂ»t 2022, le Front de LibĂ©ration nationale (FLN) pour accompagner la transition dirigĂ©e, alors par le lieutenant-colonel.

« (
) ceux qui disent que l’armĂ©e ne monte pas en puissance soutiennent les terroristes », avait dĂ©clarĂ© le coordonnateur du FLN au lancement du mouvement et d’indiquer que l’armĂ©e et le peuple arriveront Ă  bout du terrorisme.

« Que ceux qui s’asseyent pour dire que l’armĂ©e ne fait rien, Damiba ne fait rien, que Damiba a pris le pouvoir et qu’il nomme des militaires. Vous voulez qu’il nomme qui ? Allez-y dire : ne fait pas le coup d’État qui veut mais qui peut », avait affirmĂ© M. Tankoano.

DerniĂšrement avec d’autres camarades, ils ont lancĂ© le « Front uni pour le Faso », une coalition de prĂšs d’une quinzaine d’organisations de la sociĂ©tĂ© civile. Un mouvement qui critique vivement le pouvoir du Capitaine Ibrahim TraorĂ©.

Dans une dĂ©claration le 20 avril dernier, le « Front Uni pour le Faso » a estimĂ© qu’aujourd’hui, sept mois aprĂšs l’avĂšnement du MPSR 2, la situation sĂ©curitaire s’est empirĂ©e et comporte de rĂ©els motifs d’inquiĂ©tudes d’une extrĂȘme gravitĂ©, qui, affirment les membres de la coalition, « nous obligent, nous, filles et fils de ce pays, au delĂ  des clivages et de nos divergences, à  Ă©voluer impĂ©rativement vers l’union sacrĂ©e dans l’intĂ©rĂȘt supĂ©rieur  de notre patrie martyrisĂ©e ».

Selon la coalition, « l’arrivĂ©e du Capitaine Ibrahim TraorĂ© Ă  la tĂȘte de notre pays, qui a suscitĂ© beaucoup d’espoir au dĂ©part, a fait place au dĂ©sespoir en se muant en une dictature digne de ce nom qui peine Ă  cacher le manque de rĂ©sultats vĂ©ritables sur la ligne de front. Notre pays dĂ©jĂ  Ă  genoux, est gouvernĂ© aujourd’hui par les moyens de la manipulation, du mensonge, de la propagande et du populisme dĂ©mesuré ».

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire