🔮 ALERTE – « Jamais je ne vais dĂ©stabiliser la transition », (WendpouirĂ© Charles Sawadogo)

0
5312

L’activiste WendpouirĂ© Charles Sawadogo, interpellĂ© depuis jeudi par la Brigade Centrale de Lutte Contre la CybercriminalitĂ© (BCLCC) et placĂ© en garde Ă  vue a Ă©tĂ© libĂ©rĂ©, lundi, a confirmĂ© au tĂ©lĂ©phone Ă  un journaliste de OmĂ©ga, l’activiste lui-mĂȘme. On reprochait Ă  l’activiste d’avoir reçu de l’argent de l’étranger pour dĂ©stabiliser la Transition. « Depuis 9h30 ce jour je suis libre », a-t-il lĂąchĂ©.

Le mercredi 26 avril dans la soirĂ©e, l’activiste avait reçu une notification pour se rendre le lendemain jeudi Ă  la Brigade Centrale de Lutte Contre la CybercriminalitĂ© (BCLCC). De cette convocation, il sera placĂ© en garde Ă  vue.

« On m’a posĂ© des questions sur mes publications sur les rĂ©seaux sociaux », affirme WendpouirĂ© Charles Sawadogo d’un ton calme et posĂ©.

« On m’a demandĂ© si j’ai reçu de l’argent d’un pays Ă©tranger pour dĂ©stabiliser la transition. J’ai dit non », indique l’activiste.

« Ils ont saisi mes deux tĂ©lĂ©phones sur place », ajoute-t-il et de poursuivre que son domicile a Ă©tĂ© perquisitionnĂ©. D’autres appareils Ă©lectroniques ont Ă©tĂ© aussi saisis lĂ .

A sa libĂ©ration ce lundi, il a reçu ses tĂ©lĂ©phones. Un autre appareil Ă©lectronique est toujours entre les mains des enquĂȘteurs pour la suite de la procĂ©dure.

L’activiste dit ne pas savoir pourquoi il a Ă©tĂ© dans le viseurs des policiers de la brigade. « Je ne connais pas les raisons de cette interpellation (
) Je n’ai pas reçu de l’argent mĂȘme (
) MĂȘme si quelqu’un me proposait, jamais je ne le ferai (
) Jamais je vais dĂ©stabiliser la transition », a-t-il dĂ©clarĂ©.

Durant sa garde Ă  vue, l’activiste a confiĂ© qu’il n’a pas Ă©tĂ© humiliĂ©. « Je salue le professionnalisme des policiers de la Brigade Centrale de Lutte Contre la CybercriminalitĂ©. Je n’ai pas Ă©tĂ© torturĂ© (
) J’étais dans des conditions acceptables (
) », a dit M. Sawadogo.

Depuis plusieurs annĂ©es, WendpouirĂ© Charles Sawadogo publie des alertes sĂ©curitaires concernant toute l’étendue du territoire. Il est suivi Ă  ce jour par prĂšs de 300 000 followers. Il a Ă©tĂ© l’un des premiers activistes Ă  alerter sur les tueries de Karma prĂšs de Ouahigouya. Il s’était indignĂ© de la situation. « Non seulement l’horreur dĂ©passe les limites mais aussi le silence est insupportable. Les coupables seront-ils identifiĂ©s ? Ou ça sera comme les prĂ©cĂ©dentes enquĂȘtes dont on ne connaĂźt jamais la suite? Que Dieu nous aide », avait-il Ă©crit.

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire