🔮 ALERTE – « ChĂšres autoritĂ©s, ça ne va pas », (Femmes Solidaires du Faso)

0
1590

« Les Femmes Solidaires du Faso » – une organisation d’une cinquantaine d’associations de femmes sur toute l’étendue du territoire nationale – a interpellĂ©, vendredi, Ă  Ouagadougou les autoritĂ©s sur le contexte difficile dans lequel le Burkina se trouve. « Ça ne va pas; ça ne va pas chez les femmes (
) », ont dĂ©clarĂ©, en confĂ©rence de presse, ces femmes.

Dans la dĂ©claration, les femmes indiquent que c’est avec consternation qu’elles se sont retrouvĂ©es pour, disent-elles, Ă©changer sur la destinĂ©e de la nation qui vit « ses moments les plus horribles de son histoire et qui mettent en pĂ©ril toutes les femmes du Burkina Faso ». « Nous sommes donc les porte-voix de toutes ces femmes en dĂ©tresse », ajoutent-t-elles.

Des femmes dans la salle, Ă  la maison de la femme Ă  Ouagadougou

L’organisation de femmes qui a fĂ©licitĂ© les FDS et les VDP qui, affirme-t-elle, se battent au quotidien dans la reconquĂȘte du territoire national a expliquĂ© que cette « premiĂšre rencontre vise Ă  crĂ©er un cadre de rĂ©flexion objectif et rĂ©aliste dans le sens d’approfondir la contribution de la femme dans la lutte contre l’insĂ©curité ».

« C’est avec un cƓur meurtri que nous nous sommes rĂ©unies aujourd’hui pour partager entre mĂšres  la douleur qui incarne la  femme BurkinabĂš dans ces circonstances terroristes », peut-on lire dans la dĂ©claration.

Ces femmes affirment qu’elles sont les plus victimes de cette crise multidimensionnelle car, poursuivent-elles, « nous payons le plus grand prix de ce malheur en dĂ©pit des efforts de nos forces combattantes ».

« ChĂšres autoritĂ©s; ça ne va pas ; ça ne va pas chez les femmes; les femmes vous disent que ça ne va pas; faite quelque chose! », s’est indignĂ©e l’organisation.

« Nos enfants que nous avons portés pendant 9 mois, nous les voyons tombés chaque jour au front, laissant ainsi des femmes enceintes et des enfants en bas ùges inconsolables; nos maris sont souvent exécutés devant nous; nous subissons des violences sexuelles jour et nuit; le nombre élevé de femmes déplacées et qui sont devenues misérables », révÚle « Les Femmes Solidaires du Faso ».

« (
) nous avons pris notre courage pour s’exprimer et transmettre notre message Ă  l’autoritĂ© afin qu’elle redouble d’efforts dans la protection des populations en gĂ©nĂ©ral et surtout des FDS et VDP qui pĂ©rissent au front en particulier », ont dĂ©clarĂ© ces femmes. « Nous avons perdu nos enfants et maris mais nous restons attachĂ©es Ă  la mĂšre patrie pour le bonheur de toutes », note l’organisation.

« Les Femmes Solidaires du Faso » disent ne plus vouloir continuer à sortir avec des spatules et des balais pour manifester donc elles exigent des nouvelles autorités de la Transition :
« – AmĂ©liorer les conditions d’assistance aux veuves et aux orphelins ;
– Informer les familles victimes de la disparition de leurs enfants ou maris et d’enterrer dignement leurs morts, toute chose qui pourrait soulager les familles ;
– Renforcer l’équipement des FDS et des VDP ».

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire